Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

La nouvelle éco : Lifeaz propose des défibrillateurs pour les particuliers

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris

L'entreprise parisienne Lifeaz a lancé son défibrillateur pour particuliers en novembre 2020. Trois mois plus tard, alors que nous passons plus de temps chez nous en pleine pandémie de coronavirus, cet outil médical peut se révéler salvateur.

Le défibrillateur "Clark" a été lancé en novembre 2020 par la jeune pousse Lifeaz.
Le défibrillateur "Clark" a été lancé en novembre 2020 par la jeune pousse Lifeaz. - Lifeaz

"Tout le monde peut avoir un défibrillateur à la maison", assure la directrice pédagogique de Lifeaz, Célia Rich. "Aujourd'hui, on a à peu près 50 000 morts prématurés d'arrêts cardiaque chaque année en France. C'est 15 fois plus que dans les accidents de la route et 80% de ces arrêts cardiaque surviennent à domicile". La jeune pousse parisienne Lifeaz, basée dans le troisième arrondissement, s'est donc lancée dans la conception d'un défibrillateur facile d'utilisation à la maison. L'appareil, baptisé "Clark", est sorti en novembre 2020. Il coûte 990 euros à l'achat ou 29,90 euros/mois pendant cinq ans à la location.

En région parisienne, on a peut-être la chance d'avoir des défibrilateurs à proximité de nos domiciles... Et encore, quand les bâtiments dans lesquels ils se trouvent ferment à 18 heures, c'est un problème. En province, ils peuvent en revanche se trouver à plus de 5 kilomètres de chez soi. C'est beaucoup trop loin parce que, face à un arrêt cardiaque, il faut intervenir dans les quatre premières minutes pour donner des chances de survie à la victime.

Un appareil automatique et connecté

"C'est sûr que ça ne paraît pas accessible mais c'est beaucoup de technologies. C'est un appareil médical connecté, donc c'est difficile de réduire son coût", explique Célia Rich. Totalement automatique, le défibrillateur conçu à Paris et pronduit à Honfleur (Calvados) établi un diagnostic et décide seul de la thérapie à apporter. Il guide vocalement et visuellement l'utilisateur à chaque étape. Sa connectivité lui permet de "se mettre régulièrement à jour" et de détecter et corriger toute anomalie ou dysfonctionnement pour qu'il soit toujours opérationnel.

"Raison de plus" de s'équiper en période de Covid-19

"En période de coronavirus, on passe encore plus de temps chez soi", souligne la directrice pédagogique de Lifeaz. Les risques d'être victime d'un arrêt cardiaque à domicile vont donc "avoir tendance à augmenter". Selon Célia Rich, c'est "une raison de plus" pour équiper les particuliers. Si elle ne communique pas sur les chiffres de vente, elle assure que "petit à petit les gens prennent conscience que la problématique de l'arrêt cardiaque est un problème majeur de sécurité publique aujourd'hui".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess