Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La pleine lune a bel et bien un effet sur notre sommeil

-
Par , France Bleu

Ce jeudi soir, comme tous les 29 jours, c'est la pleine lune. Une nouvelle étude publiée dans la revue scientifique américaine Science Advances s'est penchée sur le sujet et confirme son influence sur notre sommeil.

Notre temps de sommeil serait bel et bien plus court et la durée de notre temps d'endormissement retardée.
Notre temps de sommeil serait bel et bien plus court et la durée de notre temps d'endormissement retardée. © Getty - Alister MacBain

Oui, les nuitées de pleine lune ne sont pas un long fleuve tranquille. D'après une étude parue mercredi dans la revue Science Advances, nous nous endormons plus tard et nous dormons moins longtemps lorsque la lunaison arrive à son terme

Une équipe de chercheurs américains de l'université de Washington a mené ces recherches. 98 amérindiens installés en Argentine ont porté un bracelet connecté pendant plusieurs semaines. 

Un sommeil retardé d'une demi-heure 

Parmi les cobayes de cette étude, certains vivent sans électricité, d'autres à la campagne ou encore en milieu urbain.  Les chercheurs ont constaté un temps de sommeil plus court notamment lors des nuits précédant la pleine lune. Lors de cette période, environ une demi-heure vient s'ajouter au temps d'endormissement de ces 98 participants. 

Les citadins également concernés

L'étude s'est notamment intéressée au sommeil de plus de 460 étudiants américains de Seattle. Les résultats confirment que, même dans les grandes villes, cette grande source de lumière perturbe nos nuits.   

Choix de la station

À venir dansDanssecondess