Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La première pierre du futur hôpital de Reims est posée

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

La première phase de travaux est lancée sur le site du futur hôpital de Reims : le premier bâtiment devrait sortir de terre en 2024. Avec ce nouvel équipement on nous promet une prise en charge du patient plus simple et plus fluide.

Le premier bâtiment du nouvel hôpital rémois devrait sortir de terre en 2024
Le premier bâtiment du nouvel hôpital rémois devrait sortir de terre en 2024 © Radio France - Aurélie Jacquand

Les fondations sont là et les murs sont en train d'être dressés, sur le chantier du futur hôpital de Reims. Au total, ce sont 100 000 mètres carrés qu'il faut construire, en plusieurs bâtiments, pour un coût de plus de 400 millions d'euros.

Les travaux vont avoir lieu en trois phases :

  1. Le premier bâtiment devrait être prêt en 2024,
  2. Le second sortira de terre en 2027
  3. Une fois les nouveaux équipements construits, l'actuel hôpital Robert Debré sera démoli. 
Le bâtiment permettra une prise en charge simplifiée du patient
Le bâtiment permettra une prise en charge simplifiée du patient © Radio France - Aurélie Jacquand

Une prise en charge plus fluide des patients

Avec ce nouvel hôpital, le CHU se donne pour ambition de moderniser son offre. Quand aujourd'hui la logique se fait par service, demain elle se fera par "plateau de prise en charge". 

Philippe Rieu, Président de la commission médicale d'établissement du CHU de Reims explique : "Demain, quand un patient ira voir le chirurgien, l'anesthésiste et le cardiologue seront à côté ! Plus besoin de se perdre dans les couloirs, ce sera plus fluide. Et puis ça permet de mutualiser les moyens et donc de mettre des équipements plus coûteux. Autre avantage, les professionnels pourront échanger plus facilement et donc être plus efficaces".

La directrice du CHU, Dominique de Wilde, promet également 80% de chambres à un lit, contre 40% aujourd'hui.

Apprendre de la crise du Covid-19

Le premier bâtiment abritera essentiellement les blocs opératoire ou encore la réanimation, mais la répartition des services n'est pas encore figée et devrait même évoluer à la lumière de la crise du Covid-19 : "On a vu par exemple qu'il ne faut surtout pas mettre tous les blocs au même endroit parce que si l'un est contaminé ou réquisitionné il faut pouvoir utiliser un autre", explique Philippe Rieu.

Autre enseignement : le nombre de lits. Il y en aura 480 uniquement dans le premier bâtiment : _"Il ne faut plus nous supprimer de lits !"_, prévient Philippe Rieu "On a déjà baissé de 100 lits en 5 ans, on nous demande de baisser encore de 100 lits supplémentaires, c'est juste pas possible !".

Sur ce sujet le maire de Reims, Arnaud Robinet, s’était mobilisé en allant jusqu’à l’Elysée en octobre dernier, mais il n’a pas obtenu de garantie.

Le maire de Reims et la Présidente du Grand Reims posent la première pierre du futur CHU de Reims
Le maire de Reims et la Présidente du Grand Reims posent la première pierre du futur CHU de Reims © Radio France - Aurélie Jacquand
Choix de la station

À venir dansDanssecondess