Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

La qualité de l'air s'améliore dans la Loire et la Haute-Loire, sauf pour l'ozone

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

L'année 2018 a été positive pour la qualité de l'air en Auvergne-Rhône-Alpes et dans la Loire selon la dernière synthèse d'Atmo. Mais l'observatoire régional s'interroge sur le retour de pics de pollution à l'ozone en période de fortes chaleurs.

© Maxppp - Philippe Huguen

Saint-Étienne, France

Dans son rapport annuel 2018 sur la qualité de l'air pour la Loire, l'observatoire régional Atmo indique que "2018 a été de nouveau une année favorable à la qualité de l’air" et "que la tendance à l’amélioration se confirme, excepté pour l’ozone".

"On observe en effet sur nos stations une réduction des polluants atmosphériques qui sont réglementés aujourd'hui", commente Cyril Besseyre, le correspondant territorial Auvergne et Loire de l'observatoire de la qualité de l'air Atmo. Cette évolution est selon lui "_le résultat d'_efforts conduits par le monde industriel, le monde routier également avec des améliorations des véhicules, et puis aussi tout ce qui est efforts en matière de chauffage et isolation, qui permettent de réduire les émissions sur le territoire". Le correspondant d'Atmo résume la situation par un "les choses vont mieux", mais il fait remarquer que dans certaines zones où il y a des risques de dépassement de valeurs réglementaires et sanitaires pour certains polluants. 

Cyril Besseyre, invité de France Bleu matin le 16 octobre 2019

Réchauffement climatique et pollution à l'ozone

Les analyses d'Atmo montrent également que le nombre d'épisodes de pollution est en recul. En 2018, le dispositif préfectoral d'alerte a été déclenché cinq fois dans le bassin stéphanois. En Haute-Loire, il n'y a eu aucun déclenchement sur l'année. Sauf que ce décompte ne signifie pas que la situation s'améliore tant que ça, nuance Cyril Besseyre : "on a une réduction du nombre d'épisodes, par contre on a une particularité, c'est que 2018, comme 2017, ont été marquées par des épisodes de pollution à l'ozone l'été, chose qu'on n'avait plus depuis quelques années, ou moins sur la partie Loire/ Haute-Loire". L'explication est simple, et pas rassurante pour les années à venir, selon le correspondant territorial d'Atmo : "des études montrent qu'il y a un lien à faire avec le réchauffement climatique, qui tend à favoriser les épisodes plutôt caniculaires l'été, favorables à la formation d'ozone, et donc, les pics de pollution ozone ne sont pas de l'histoire passée mais plutôt malheureusement à venir"

La situation semble se confirmer en 2019, avec 16 jours de vigilance pollution recensés en Auvergne-Rhône-Alpes (tous polluants confondus) pendant l'été 2019, le troisième été le plus chaud enregistré par Météo France. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu