Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

La région Auvergne-Rhône-Alpes est-elle en retard dans le déploiement de purificateurs d'air dans les lycées ?

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Mi-octobre, Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, annonçait le "déploiement rapide" de purificateurs d'air dans les lycées pour lutter contre l'épidémie de Covid-19. Un mois et demi plus tard, quatre lycées de la Région sont équipés, sur 565 publics et privés.

Présentation purificateur d'air à Saint-Priest le 10 novembre 2020
Présentation purificateur d'air à Saint-Priest le 10 novembre 2020 © Maxppp - Maxime JEGAT

Dans le communiqué de presse en date du 12 octobre, il est question d'un "déploiement rapide", de "tests pendant les vacances de la Toussaint", "d'ici un mois, l'objectif est d'avoir mis en place 4.000 à 5.000 solutions." Or, à ce stade, seuls quatre lycées de la Région sont équipés : le lycée de Mauriac dans le Cantal, le lycée Fernand Forest à Saint-Priest dans le Rhône, le lycée Agrotec à Vienne en Isère et le lycée Jacques Holtzer à Firminy dans la Loire. Aucun établissement de Drôme Ardèche n'a reçu de purificateurs d'air.

Pour autant, "ce n'est pas du retard, c'est le temps de faire l'expérimentation" explique Béatrice Berthoux, vice-présidente de la Région en charge de l'éducation et des lycées. Différentes technologies ont été testées dans 15 lycées en tout, mais des doutes sont émis sur la dangerosité de certaines. La Région suit les préconisations de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES), et ne retient donc finalement qu'une seule technique : "l'idée, c'est de proposer des équipements fabriqués dans la Région et qui sont à base de filtre HEPA. Ils n'ont pas de complément de filtration par ozonation, ionisation, photocatalyse ou rayonnement UVC. L'idée, c'est d'avoir vraiment aucun effet négatif sur la santé, ce qui est tout à fait logique dans des établissements scolaires."

Plus de 50 lycées et 100 communes candidats

Maintenant que la technique est arrêtée, un message a été envoyé le 20 novembre à tous les établissements et aux communes qui peuvent solliciter un co-financement de la Région pour des purificateurs d'air dans les écoles : "on a plus de 50 lycées qui ont confirmé leur intention d'installer des purificateurs, plus de 100 communes qui nous ont sollicités pour l'instant" souligne l'élue Béatrice Berthoux, "il faut mesurer dans chaque salle que l'on souhaite équiper combien d'appareils sont nécessaires, lesquels sont les mieux adaptés en fonction de la configuration de l'établissement. L'idée est d'aller vite mais l'objectif est aussi de faire du qualitatif. Cela prend peut-être un peu plus de temps, mais le temps qui est pris est nécessaire."

Six à sept entreprises de la Région produisent des appareils à filtre HEPA. Pas de problème de stocks a priori mais pas de calendrier précis annoncé pour l'équipement de tous les établissements qui en feront la demande. Le 4 décembre, le conseil régional votera les premières subventions exceptionnelles pour ces purificateurs d'air. Une enveloppe totale de 10 millions d'euros est prévue, cinq millions pour les lycées, cinq millions pour aider les communes à équiper les écoles.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess