Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

La ruée dans les labos en Midi-Pyrénées pour les tests Covid-19

-
Par , France Bleu Occitanie

Suite à la publication d’un arrêté ce samedi, les tests de dépistage du coronavirus peuvent être pratiqués sans ordonnance et sont entièrement pris en charge par l’assurance-maladie. Dans les laboratoires, on sent déjà un regain de demandes.

Au CDM 31 de Muret, 1.500 prélèvements réalisés en Haute Garonne, Tarn-et-Garonne, Lot et Hautes-Pyrénées sont analysés chaque jour
Au CDM 31 de Muret, 1.500 prélèvements réalisés en Haute Garonne, Tarn-et-Garonne, Lot et Hautes-Pyrénées sont analysés chaque jour © Radio France - Stéphane Garcia

Plus besoin d’ordonnance pour se faire dépister. Depuis le week-end dernier et la publication d'un arrêté, n’importe qui peut se présenter dans un laboratoire d’analyse de biologie médicale et demander à subir un test PCR, remboursé par l’assurance-maladie. Et les laboratoires l'ont déjà ressenti, ce changement.

Certains établissements, déjà confrontés à une montée en puissance des demandes avec les départs en vacances, constatent une recrudescence de nombre de personnes qui viennent se faire tester "surpassant aujourd’hui le pic du confinement en mars", explique le docteur Yannick Rouquet, médecin biologiste au Centre de Biologie Médicale 31, à Muret en Haute-Garonne. 

La demande a triplé en trois semaines

Tous ne montrent pas des symptômes du Covid-19 : certains viennent car leur employeur le leur demande, d’autres n’ont pas non plus le choix s’ils veulent prendre l’avion, d’autres encore veulent simplement savoir s’ils ont été contaminés, notamment pour protéger leurs proches en cas d’infection.

Ces trois dernières semaines, "la demande de tests a triplé", constate Yannick Rouquet. Le laboratoire CDM 31, basée à Muret, analyse désormais jusqu'à 1.500 prélèvements par jour réalisés en Haute-Garonne, mais aussi dans le Tarn-et-Garonne, le Lot et les Hautes-Pyrénées. "Nous avons entre 10 et 15 résultats positifs sur 1.500 tests, nous sommes donc aux alentours de 1% . C'est un chiffre en petite augmentation depuis trois semaines puisque nous n'avions quasiment plus de positifs il y a un mois."

Au point que les labos atteignent les limites de leurs capacités, puisqu’il faut pouvoir rendre aux patients un résultat le plus rapidement possible, soit moins de 24 heures environ.

Besoin de préleveurs

"D'autant que le personnes est déjà à flux tendu depuis le mois de mars, l'activité ne s'est jamais arrêtée", concède le médecin. Et qu’il va y avoir besoin de renforts, pour palier notamment les vacances de certains salariés, logiquement fatigués. Autrement dit : l'établissement va recruter

L’arrêté pris samedi dernier par le gouvernement, permet de chercher d'autres professions. "Nous allons pouvoir recruter des étudiants en médecine, en pharmacie, des pompiers, des aide-soignantes, mais aussi les secouristes des associations agréées de sécurité civile... Il nous faut entre trois et dix personnes pour le secrétariat, trois et cinq pour les prélèvements et deux personnes pour les analyses", avec déjà les yeux rivés sur la rentrée de septembre et une crainte d'une nouvelle augmentation de l'activité.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess