Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

La saison des allergies aux pollens débute en Pays de Savoie

mardi 28 mars 2017 à 15:35 Par Nicolas Peronnet, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Tous les ans la même rengaine avec l'arrivée du printemps, les pollens passent à l'attaque ! En Pays de Savoie le risque d'allergie est déjà de 3 sur 5, en raison essentiellement de la pollinisation des bouleaux,

La saison des allergies aux pollens de bouleaux débute en Pays de Savoie
La saison des allergies aux pollens de bouleaux débute en Pays de Savoie © Maxppp - Maxppp

Pour eux, le printemps n'est pas vraiment une bonne nouvelle. La pollinisation des arbres débute en Pays de Savoie, et les allergiques ressortent les mouchoirs. Les yeux qui piquent, le nez qui coule, les symptômes sont rarement graves mais très gênants. En Savoie et Haute-Savoie, le risque d'allergie est déjà de 3 sur 5 selon le Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA), en raison essentiellement de la pollinisation des bouleaux, mais aussi des peupliers ou encore des frênes.

La région Auvergne Rhône-Alpes est l'une des plus touchées de France  - Visactu
La région Auvergne Rhône-Alpes est l'une des plus touchées de France © Visactu

"C'est l'enfer" - Lisa, une jeune savoyarde allergique

Dans cette famille d'allergiques rencontrée à Chambéry, on a donc ressorti les antihistaminique de l'armoire à pharmacie. La maman, Laurence, a "les yeux qui pleurent, le nez qui coule". Et c'est pareil tous les ans pour sa fille Lisa : "J'ai aussi la gorge irritée en permanence. C'est l'enfer". La désensibilisation ? "Trop contraignant", selon elles, qui préfèrent "attendre que ça passe, jusqu'à cet été".

Pour le docteur François, ORL et allergologue à Chambéry, il y a trois solutions pour s'en prémunir : "La première, c'est de ne pas rencontrer son ennemi, c'est à dire que si l'on est hyper réactifs, mieux vaut rester chez soi en période de pollinisation extrêmement significative. La seconde, c'est essayer de se protéger de manière artificielle avec des antihistaminiques ou des sprays faiblement dosés en corticoïdes, afin de réduire les symptômes, mais ça ne change pas le terrain allergique. La troisième, c'est la désensibilisation. Le processus dure trois à cinq ans, mais on peut se débarrasser dans 80% des cas des symptômes d'intensité gênante".

ECOUTEZ le docteur François, ORL et allergologue à Chambéry

30% des adultes touchés

En Auvergne Rhône-Alpes, le risque "est déjà très élevé" avertit le Réseau National de Surveillance Aérobiologique sur son site internet. En France, environ 30% de la population adulte et jusqu'à 20% des enfants seraient aujourd'hui allergiques à des pollens, selon l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses). C'est deux fois plus qu'il y a quinze ans, dix fois plus que dans les années 70. Le réchauffement climatique et l'effet de la pollution de l'air seraient en cause.

Pour limiter la gêne occasionnée par les pollens, le Syndicat Français des Allergologues (SYFAL) rappelle quelques gestes simples parmi lesquels la limitation des activités en plein air ou encore l'aération des logements tôt le matin ou tard le soir, en évitant les heures les plus chaudes lorsque la concentration de pollens dans l'air est la plus élevée.