Économie – Social

La santé, un lourd fardeau pour les petites retraites

Par Anne Pinczon du Sel, France Bleu Besançon et France Bleu lundi 19 septembre 2016 à 20:16

Difficile de se soigner correctement quand on vit avec moins de 1200 euros par mois
Difficile de se soigner correctement quand on vit avec moins de 1200 euros par mois © Maxppp - Julio Pelaez

Deux organisations syndicales appellent à une journée d'action pour les retraités, ce 20 septembre. L'Unsa et la CFDT se mobilisent pour que le niveau de vie des retraités augmente. Et parmi les dépenses les plus lourdes chez les personnes âgées, il y a les dépenses de santé.

Gabriel Valenzuela vit à Besançon avec 800 euros de retraite par mois. Heureusement pour lui, il n'a pas de gros problèmes de santé. Mardi 20 septembre, il participe à la journée d'action de la CFDT retraités. Le syndicat réclame une revalorisation des pensions à 1200 euros minimum pour une carrière complète. Parce qu'aujourd'hui, un retraité sur quatre vit avec moins de 1200 euros par mois.

Je ne fume pas, je ne bois que très rarement du vin, je n'achète jamais de plats préparés"- Gabriel, qui vit avec 800 euros par mois

Pour éviter d'avoir de trop gros frais de santé, Gabriel Valenzuela fait très attention : "Je ne fume pas, je ne bois que très rarement du vin, je n'achète jamais de plats préparés, je fais la cuisine chez moi."  Une manière à la fois de faire des économies et de prendre soin de lui. Il a bien pensé souscrire à la mutuelle communale et solidaire, mise en place par la Ville de Besançon, mais il s'est renseigné, et la mutuelle qui le prendrait en charge n'a pas d'agence à Besançon. "Alors pour 4 euros de plus par mois, tant pis, je préfère rester à la mutuelle où je suis, parce que si j'ai des problèmes, au moins, je peux voir ça directement, et pas par téléphone," explique t-il.

On ne part plus en vacances, pour pouvoir partir en cure thermale" - Alain, retraité handicapé

Alain et sa femme ont, eux aussi, tous les deux 800 euros de pension. Et Alain ironise : "Malheureusement, on est presque chanceux d'être handicapés tous les deux, parce qu'au moins on a des aides supplémentaires sur la prise en charge !"  Il raconte que depuis quelque temps, sa mutuelle ne rembourse plus les frais de cure thermale, "alors on s'organise, on a décidé de ne plus partir en vacances, pour pouvoir partir en cure. Certains retraités vont à l'aide alimentaire, pour dépenser moins en nourriture et garder un peu d'argent pour se soigner. C'est comme ça la santé quand on est retraité, il faut tout le temps faire des choix."

Les médicaments pour l'arthrose ne sont plus remboursés

Françoise Chagrin, de la branche éducation nationale de la CFDT-retraités, ne se plaint pas de sa retraite. Mais elle déplore quand même le déremboursement fréquent de certains médicaments, "les médicaments pour l'arthrose notamment, ils me coûtent entre 15 et 20 euros par mois. Et je ne peux pas les avoir sans ordonnance, ça veut dire que non seulement ils ne sont pas remboursés, mais en plus il faut payer une consultation chez le médecin pour les avoir."  Et les exemples autour d'eux sont nombreux : des amis qui ne se font pas appareiller faute de moyens, d'autres qui revendent leur maison pour aller dans un logement social et faire ainsi des économies.

Aujourd'hui, en France, près de 5 % de la population vit sans mutuelle, faute de moyens.

Partager sur :