Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Des patchs anti-tabac remboursés par la Sécurité sociale à partir de ce dimanche

jeudi 17 mai 2018 à 16:19 - Mis à jour le samedi 19 mai 2018 à 21:20 Par Martin Bartoletti, France Bleu

L'Assurance maladie va rembourser certains patchs anti-tabac à compter du dimanche 20 mai. Une mesure qui s'inscrit dans la lutte contre le tabagisme et le plan "Priorité prévention" voulu par la ministre de la Santé.

Il existe différents types de substituts nicotiniques
Il existe différents types de substituts nicotiniques © Maxppp - Y.MIGNOT

Après la gomme à mâcher Nicotine EG, prise en charge par la Sécu depuis le 28 mars, le patch NicoretteSkin a été inscrit au remboursement par un arrêté paru mardi 15 mai. La mesure entre en vigueur à partir du dimanche 20 mai. L'Assurance maladie rembourse 65% du coût de ces substituts nicotiniques. Un prix unique a donc été fixé pour chaque produit, quels que soit les dosages ou les parfums. 14,14 euros pour la gomme Nicotine EG et 28,55 euros pour le patch NicoretteSkin.

Une nouvelle étape dans la lutte contre le tabagisme

Ces remboursements s'inscrivent dans le plan "Priorité prévention" présenté fin mars par la ministre de la Santé. "Cette prise en charge permet à tous les patients l'accès à ces traitements de substitution, y compris aux plus modestes", affirme Agnès Buzyn. "Mon engagement dans la lutte contre le tabac est entier et ne faiblira pas", ajoute la ministre. 

Des négociations sont en cours avec les laboratoires pour inscrire d'autres substituts nicotiniques sur la liste des remboursements. D'ici là, le forfait d'aide au sevrage de 150 euros par an "sera maintenu jusqu'à la fin de l'année", précise Agnès Buzyn. Ce dispositif n'a pas vocation à être maintenu.