Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le pourquoi du comment

La sieste au travail, pourquoi pas ?

-
Par , France Bleu Auxerre

Un Français sur deux dort mal selon un sondage commandé par le site Qapa.fr. Un manque de sommeil qui pour plus de la moitié des personnes interrogées a des incidences sur leur façon de travailler. Entretien avec Martine Lemesle, neurologue et spécialiste du sommeil au CHU de Dijon.

Une sieste de 5 à 10 minutes peut redonner un peu de fraîcheur pour terminer sa journée de travail. photo d'illustration.
Une sieste de 5 à 10 minutes peut redonner un peu de fraîcheur pour terminer sa journée de travail. photo d'illustration. © Maxppp - Thierry Bordas

Sera-t-il possible un jour de faire la sieste au travail ? Un français sur deux dort mal selon un sondage commandé par le site Qapa.fr. Un manque de sommeil qui pour plus de la moitié des personnes interrogées a des incidences sur leur façon de travailler. Entretien avec Martine Lemesle, neurologue et spécialiste du sommeil au CHU de Dijon. 

Le Pourquoi du Comment sur le sommeil: ce n'est pas une histoire à dormir debout !

Martine Lemesle, sommes-nous tous égaux devant le sommeil ?

Non, on n'est jamais tous égaux devant le sommeil. D'abord on a une horloge physiologique et des traits génétiques qui définissent si l'on est petit ou gros dormeur. et puis ensuite on peut être couche-tôt ou couche-tard et ça aussi c'est génétiquement défini et en fonction de nos habitudes.

Il y a une différence entre les hommes et les femmes ? 

Pas forcement. Ce sont plutôt des traits génétiques qui définissent ça, mais entre hommes et femmes, il n'y a pas de différence fondamentale.   

Quelle est la nuit de sommeil idéale ?  

En pratique, c'est plutôt autour de 8 heures par 24 heures. Les français en moyenne ont entre 7 heures  et 7 heures 30 de sommeil par 24 heures. L'idéal c'est effectivement de faire sa nuit au moment où on sent les signes du sommeil. Il ne faut pas les rater. Si on se lève avant la sonnerie du réveil, ça voudra dire qu'on a eu son quota de sommeil. 

Qu'est-ce qui peut gêner ce sommeil justement ? 

Déjà on peut être gêné par l'environnement: la lumière, le fait qu'on ne dorme pas dans le noir, le bruit perturbent le sommeil. Ensuite on peut être gêné par des pathologies ou des douleurs. On peut être aussi gêné par une hygiène de veille qui n'a pas été correcte, en étant confronté à des écrans tout au long de la journée.  

Ce sont surtout les jeunes, qui sont devant des écrans d'ordinateurs ou de téléphone le soir. Tant que notre œil est soumis aux stimulations lumineuses , on a une hormone qui s'appelle la mélatonine qui n'est pas sécrétée. C’est uniquement quand on va être en pénombre que le début de cette sécrétion va se faire,  pour favoriser un sommeil de bonne qualité.

Quelle est l'influence du mauvais sommeil sur notre vie quotidienne ?

Le sommeil c'est un tiers de notre vie, mais c'est aussi le moment où tout se repose dans notre organisme même si on a des processus extrêmement actifs, des processus de réparation, toutes les réparations cellulaires; toute notre immunité se consolide et se renforce pendant le sommeil. 

Notre mémoire travaille principalement pendant la nuit. Si on a mal dormi, on ne va pas être attentif et concentré la journée. Notre travail de mémoire ne va pas se faire convenablement la nuit, donc on va avoir effectivement des difficultés à travailler convenablement ou tout simplement à lire un livre et se concentrer dessus. 

Au-delà de ces signes de fatigue, il y a plus d'incidents cardiaques pour les gens qui manquent de sommeil, parce qu'on se prive de sommeil. On peut être plus fragile aux maladies cardiaques. On est plus fragile également pour la prise de poids ou les troubles alimentaires, pour le diabète, etc.

Ça a une influence sur le caractère aussi?

Tout a fait, quand on a mal dormis le lendemain on a tendance à être grognon. Si ça s'arrête là ce n'est pas bien grave. Mais ça peut rendre très irritable, agressif et ça peut être la source d'actes impulsifs.

Est-ce que pour réparer tout ça, la sieste est une solution? 

La sieste peut apporter une solution uniquement passagère et temporaire parce que ce n'est pas un sommeil équivalent à celui de la nuit. Si effectivement, on a dû veiller tard, qu'on a la possibilité de faire une sieste réparatrice, ça peut être un élément mais uniquement ponctuel. 

Par contre, ce qui est important c'est de respecter son temps de sommeil quotidien et si on sent, après le repas de midi par exemple une petite fatigue, on peut se permettre une sieste de 5 à 10 minutes pour retrouver un petit peu de fraîcheur l'après-midi, mais les longues siestes en général ne sont pas préconisées parce qu'elles vont amputer le sommeil du soir, plus récupérateur.  

La petite sieste devrait être généralisée, y compris au travail ? 

Tout le monde n'en éprouve pas forcement le besoin mais avec les rythmes de travail que l'on peut rencontrer aujourd'hui, il est prouvé que ça améliore la performance des personnes. Si on autorise 5 à 10 minutes de sieste et que l'on gagne en efficacité avec par la suite un travail beaucoup plus rapide. La sieste au travail, ça peut valoir le coup.

-
Choix de la station

À venir dansDanssecondess