Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"On est en alerte" : un médecin de l'EFS de Reims s'inquiète de la baisse de dons du sang

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Les Établissements français du sang enregistrent moins de dons du sang depuis le déconfinement. Les stocks se vident alors que la demande augmente selon Catherine Leleu, médecin au service des prélèvements de l'EFS de Reims.

Les pochettes de sang se font plus rares faute de donneurs.
Les pochettes de sang se font plus rares faute de donneurs. © Radio France - Isabelle Piroux

Le seuil d'alerte a été atteint selon l'Établissement français du sang. Les stocks de sang se vident dans les hôpitaux depuis plusieurs semaines et ne se remplissent pas. L'EFS profite donc de la journée mondiale des donneurs de sang ce dimanche 14 juin pour réitérer son appel aux dons : "On en a besoin, souligne Catherine Leleu, médecin au service des prélèvements de l'EFS de Reims. Il faut 1.500 dons par jour dans le Grand Est. On en est loin aujourd'hui."

La faute au déconfinement : "Avant, pendant le confinement, nous avons eu beaucoup de dons. Mais depuis le 11 mai, les gens ont repris le travail, ils ont moins le temps de venir, explique Catherine Leleu. Et puis certaines collectes mobiles ne peuvent plus se faire, notamment dans les lycées ou les entreprises."

Moins de dons en perspective 

Pourtant, c'est un moment clé pour les EFS : "Les chirurgiens ont repris leurs activités et il y a des interventions en ce moment. On est en alerte." L'autre crainte de Catherine Leleu, c'est la période estivale qui approche : "On sait qu'il y a moins de donneurs à cette période. On a peur que ces stocks s'amenuisent encore plus et qu'on soit à un seuil très limite."

Pratique : Les maisons du don de Charleville-Mézières et Reims sont ouverts exceptionnellement ce dimanche : de 9h à 16h pour Charleville, de 9h à 14h pour Reims.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess