Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Cinq entreprises françaises ont reçu des œufs contaminés au fipronil, des enquêtes de traçabilité en cours

mardi 8 août 2017 à 20:11 - Mis à jour le mardi 8 août 2017 à 21:30 Par Géraldine Houdayer, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel, France Bleu Nord, France Bleu Poitou et France Bleu

Le ministère de l'Agriculture a annoncé ce mardi soir que cinq entreprises françaises ont reçu des œufs contaminés au fipronil. Ces sociétés sont situées dans la Vienne, le Maine-et-Loire, le Pas-de-Calais, le Nord et le Morbihan. Igreca (49) a identifié les lots de produits finis concernés.

L'une des sociétés concernées par les oeufs contaminés au fipronil dit avoir identifié les lots de produits finis concernés.
L'une des sociétés concernées par les oeufs contaminés au fipronil dit avoir identifié les lots de produits finis concernés. © AFP - KRISTOF VAN ACCOM

Le ministère de l'Agriculture a annoncé, ce mardi soir, que cinq entreprises française ont reçu des œufs contaminés au fipronil, provenant des Pays-Bas et de Belgique. Ces "établissements d'ovoproduits" sont situées dans la Vienne, le Maine-et-Loire, le Pas-de-Calais, le Nord et le Morbihan, a précisé le ministère, ajoutant que "des enquêtes de traçabilité sont en cours" pour "identifier la destination des produits déjà expédiés et susceptibles d'être contaminés". Partie des Pays-Bas, la contamination au fipronil, une molécule considérée comme "modérément toxique" pour l'homme par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), à entraîné la destruction de millions d’œufs à travers l'Europe.

L'entreprise Igreca a identifié les lots de produits finis concernés

Igreca, l'une des sociétés françaises concernées par la contamination d'oeufs au fipronil, a identifié "les lots de produits finis fabriqués à partir" de ces œufs, a annoncé ce mardi l'entreprise, basée dans le Maine-et-Loire et spécialisée dans les ovoproduits, les produits dérivés de l'oeuf. "Nous avons identifié les lots de produits finis fabriqués à partir de ces matières premières", précise dans un communiqué l'entreprise basée dans le Maine-et-Loire.

30.000 œufs concernés, Igreca en casse 4,5 millions chaque jour

"Les meilleures dispositions sont prises et nous travaillons en lien étroit avec les autorités, les fournisseurs, les clients pour le traitement de ce dossier", assure la direction d'Igreca. Concernant ces matières premières, "il s'agit de 30.000 œufs de fournisseurs hollandais à comparer aux 4,5 millions (d’œufs) que nous cassons tous les jours. Nous n'avions évidemment pas connaissance de la non-conformité de ces marchandises", poursuit le communiqué. "Nous sommes une entreprise sérieuse tournée vers l'international et qui réalise 70% de son chiffre d'affaires à l'export", souligne la société. Sur son site internet, Igreca se présente comme "une entreprise familiale", "leader mondial en ovoproduits depuis 1947". La société emploie 120 personnes à la production et exporte ses produits dans près d'une centaine de pays.

L'entreprise Samao, dans la Vienne, a reçu cinq tonnes d’œufs contaminés

L'entreprise Samo, située à Mirebeau dans la Vienne et spécialisée dans la fourniture de produits dérivés d’œufs pour l'industrie agroalimentaire, a, elle aussi, été destinataire en juillet de lots d’œufs contaminés au fipronil, a-t-elle indiqué mardi à l'AFP. Selon Stéphane Nérault, président de Samo, l'entreprise a été informée dimanche après-midi par les autorités alimentaires de la présence dans ses stocks de "huit lots" contaminés en provenance des Pays-Bas. "Dès lundi matin, nous avons retiré tous les œufs en provenance des Pays-Bas. Les lots contaminés représentaient environ cinq tonnes. Par précaution, pour contenir toute évolution, nous avons retiré tous les lots en provenance de ce pays, soit une cinquantaine de tonnes", a précisé M. Nérault. Des rappels de produits ont également été effectués auprès des clients de l'entreprise Samo. "Nous sommes victimes de produits non conformes à la réglementation"**,** a déploré M. Nérault. Samo, filiale de l'entreprise Pampr'oeuf, installée dans le département voisin des Deux-Sèvres, fournit des ovoproduits pour plusieurs marques françaises de l'agroalimentaire (biscuits, pâtes, brioches, produits surgelés). Elle produit environ 250 tonnes d'ovoproduits par semaine et emploie une vingtaine de salariés.