Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La soirée privée dans le bâtiment administratif du CHU de Poitiers fait tousser la CGT

-
Par , France Bleu Poitou

Le hall de l'Agora, le siège administratif du CHU de Poitiers, a été privatisé jeudi soir dans le cadre d'un congrès de professionnels de la restauration hospitalière. Un dîner réunissant une petite centaine de convives qui ne passe pas du côté de la CGT dans le contexte sanitaire actuel.

La fameuse soirée qui fait polémique.
La fameuse soirée qui fait polémique. - DR

C'était une simple soirée dans le cadre d'un congrès de deux jours au profit de l'UDIHR, l'Union des Ingénieurs Hospitaliers en Restauration, mais le repas et la privatisation du hall du bâtiment de l'Agora au CHU de Poitiers jeudi dernier ont déclenché l'ire du syndicat CGT de l'hôpital. "Il est demandé à chacun de faire des efforts afin d'éviter la propagation de la Covid-19. Pourquoi avoir autorisé une telle garden party avec un DJ en plus dans des locaux d'un établissement de santé public ? Ce sont des agents de l'hôpital qui ont effectué le service. C'est un manque de respect vis-à-vis du travail que tout le personnel a fourni depuis le début de la crise sanitaire" tonne Christophe Boutet, responsable CGT et salarié à l'hôpital depuis plus de trente ans. 

L'une des tables dressées pour l'occasion.
L'une des tables dressées pour l'occasion. - DR

La préfecture, au courant, ne s'est pas opposée

La direction du CHU de Poitiers n'a pas souhaité réagir officiellement. Elle a tout de même fait savoir par l'intermédiaire de son service de communication que l'événement avait été organisé avec "toutes les autorisations nécessaires et selon les règles en vigueur. C'est tout sauf un événement improvisé ou qui se serait tenu dans la clandestinité".

La préfecture de la Vienne a ainsi bien été avisée par un simple coup de fil "d'un cadre du CHU à un agent de la préfecture". Mais les services de l'Etat ont fait savoir qu'ils n'avaient délivré aucune autorisation formelle. Et pour cause : jusqu'à dimanche dernier, ils n'avaient pas vocation à se prononcer sur un événement de ce type, même si celui-ci s'est déroulé dans un établissement recevant du public.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess