Santé – Sciences

La sonde Philae pourrait se réveiller ce jeudi

France Bleu Toulouse jeudi 12 mars 2015 à 8:42

La toute première photo de Philae une fois posé sur Tchouri
La toute première photo de Philae une fois posé sur Tchouri © ESA

"Assoupie" depuis près de quatre mois, la sonde Philae , qui s'est posée sur la comète Tchourioumov-Guérassimenko pour l'analyser le 12 novembre dernier, va-t-elle pouvoir émettre à nouveau ? La sonde Rosetta, en gravitation autour de la comète, va tenter d'établir à nouveau contact à partir de ce jeudi pour reprendre les travaux de recherche.

Le petit robot Philae fait une longue sieste depuis le 15 novembre. Ou plus exactement, il est en mode "veille" depuis son atterrissage mouvementé sur la comète Tchouirioumov-Guérassimenko (dite "Tchouri"). Ce jeudi, la sonde Rosetta, à laquelle le robot est relié, va tenter d'établir un nouveau contact avec lui, pour reprendre les recherches à la surface de la comète.

"Nous allumerons demain la réception de la radio de Rosetta sur le canal qu'utilise Philae. Sur une période de 8 jours, jusqu'au 20 mars, nous aurons 11 fenêtres où tout coïncidera particulièrement bien : la proximité de la comète et sa situation géographique" — Daniel Scuka, porte-parole du Centre européen des opérations spatiales

Cette longue pause de quatre mois n'était pas prévue, à la base, dans le périple de Philae. Mais le 12 novembre dernier, en atterrissant sur la comète Tchouri, le robot analyseur avait rebondi deux fois, pour atterrir dans une zone inconnue, entre deux falaises, à l'abri de la lumière du soleil. Or, les batteries de Philae sont solaires . Le robot avait été placé en mode "veille" pour économiser ses batteries en attendant que la comète soit suffisamment proche du soleil.

Un ensoleillement idéal pour le réveil du robot

Selon les scientifiques chargés de la mission, les conditions sont désormais réunies : "Philae reçoit près de deux fois la quantité de lumière solaire qu'il n'en recevait quand il a atterri en novembre ", ajoute Daniel Scuka. Si Philae parvient à charger suffisamment ses batteries, il devrait pouvoir fonctionner à nouveau et reprendre ses forages sur la comète, "prélever des échantillons et faire des images " , rappelle Philippe Gaudon du CNES. 

Initiée il y a dix ans, la mission Rosetta consiste à analyser la comète Tchouri grâce à une sonde en orbite (Rosetta) et un robot foreur (Philae), pour essayer de comprendre comment, il y a 4,6 milliards d'années, la Terre et les autres planètes du système solaire se sont formées . C'est la première fois de l'Histoire qu'un engin construit par l'homme se pose sur une comète.