Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La stratégie de la Cooperl, numéro 1 français du porc, pour faire face à la crise sanitaire du coronavirus

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel
Lamballe, France

Prime, masques, prise de température… Le groupe d'agroalimentaire Cooperl dont le siège social est basé à Lamballe (Côtes d'Armor), met en place un certain nombre de mesures pour "protéger et rassurer son personnel". La coopérative bretonne emploie 7000 salariés et compte 2700 éleveurs adhérents.

Prise de température à l'entrée d'un site Cooperl
Prise de température à l'entrée d'un site Cooperl - D.R

"Je voudrais remercier nos salariés pour leur engagement". Ce lundi 23 mars, Emmanuel Commault, le directeur général de la Cooperl, numéro 1 français dans le secteur de la transformation de la viande porcine, assure que l’activité de son groupe n’est "pas bloquée" et que la production "s’écoule normalement". "La demande est là en France, en Europe et bien sûr en Chine qui représente 10 % de notre chiffre d’affaire". 

L'expérience de la peste porcine

"Nous travaillons dans le milieu du vivant, nous avons une longue expérience dans le domaine sanitaire", poursuit le directeur générale de la coopérative créée en 1966 en Bretagne. Et depuis près de deux ans, la Cooperl a dû encore renforcer ses mesures sanitaires pour éviter l’arrivée en France d’une autre redoutable épidémie : la peste porcine africaine. Une maladie extrêmement contagieuse qui a décimé le cheptel porcin chinois. 

Notre niveau de protection aujourd’hui est tout à fait suffisant pour répondre à la propagation du coronavirus, explique Emmanuel Commault.  

Depuis l’annonce des restrictions des déplacements et de confinement, le groupe alimentaire a également pris un certain nombre de mesures pour "protéger et rassurer" son personnel. La principale mesure est "d’ordre psychologique". 

Une prime de 150 euros par mois aux salariés présents

Le numéro 1 français du porc offre ainsi "une prime de 150 euros par mois" aux salariés présents à leur poste de travail. Sur chaque site, une équipe prend la température de chaque salarié avant l’entrée dans les ateliers. Les salles de pause sont également aménagées avec une distance d’au moins un mètre entre chaque salarié.  Quand c’est possible, le télétravail est également encouragé.  

Les salles de pause ont été aménagées à la Cooperl pour lutter contre la propagation du coronavirus
Les salles de pause ont été aménagées à la Cooperl pour lutter contre la propagation du coronavirus - D.R

Port des masques 

"La gestion des stocks de masques est très tendue", précise enfin Emmanuel Commault. "Nous imposons le port du masque à chaque salarié qui travaillent à proximité de collègues, aux personnes à risque et nous le proposons à ceux qui le souhaite". Aucune mesure de chômage partiel n'a été prise à la Cooperl depuis le début de la crise sanitaire du coronavirus. 

ECOUTEZ AUSSI : 

Nous avons aussi appelé Emmanuel Renault, délégué CDFT à la Cooperl à Lamballe, pour qu'il nous raconte son quotidien et celui de ses collègues. 

ECOUTEZ - "Les gens ont peur", explique Emmanuel Renault, délégué CDFT à la Cooperl

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu