Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PHOTOS - La vie tranquille des animaux à Biotropica en l'absence des visiteurs

Les jardins animaliers de Biotropica, à Val-de-Reuil, sont fermés au public depuis cinq mois. L'absence de visiteurs a-t-elle une incidence sur le comportements des animaux ? Une étude scientifique va être menée par des éthologues pour en mesurer l'impact.

Les suricates seront étudiés par des éthologues pour mesurer l'impact de l'absence et de la présence humaine sur leur comportement
Les suricates seront étudiés par des éthologues pour mesurer l'impact de l'absence et de la présence humaine sur leur comportement © Radio France - Laurent Philippot

Depuis cinq mois, les animaux de Biotropica, les jardins animaliers de Val-de-Reuil, n'ont vu aucun humain, si ce n'est le vétérinaire et l'équipe de soigneurs qui s'occupent d'eux tous les jours. Dans la serre tropicale de 6000 mètres carrés, "l'ambiance est un petit peu plus calme" concède François Huyghe, le directeur du site et vétérinaire. Pour des raisons d'énergie et de moyens, quelques dispositifs ont été mis à l'arrêt, comme la grande cascade d'eau. "On entend beaucoup plus les animaux qui papotent que les bruits d'eau et on entend un peu moins de conversations et d'enfants qui piaillent" explique le vétérinaire. 

Depuis cinq mois, on a pris l'habitude que ce soit beaucoup plus calme - François Huyghe

Pour autant, François Huyghe ne perçoit aucun changement chez les animaux : "Ils sont dans leur petite vie, dans leur bulle. Les plutôt solitaires sont plutôt solitaires, ceux qui sont en groupe vivent en groupe"

Les loriquets ne voient plus de visiteurs depuis cinq mois
Les loriquets ne voient plus de visiteurs depuis cinq mois © Radio France - Laurent Philippot

Si la libido des humains est parfois en berne avec la crise sanitaire, pas de souci chez les animaux. Dans le bassin des grandes raies noires d'Amazonie, qui vivent en milieu naturel dans un seul fleuve, le Xingu, choisi par le président du Brésil Jair Bolsonaro pour y construire un des plus grand barrages hydroélectriques du monde, c'est l'effervescence : "On a quatre adultes, quatre jeune et dans les adultes, on a au moins deux femelles pleines et quatre bébés en croissance dans un autre bassin" énumère François Huyghe. 

Les raies noires d'Amazonie, menacées au Brésil, se reproduisent à Biotropica
Les raies noires d'Amazonie, menacées au Brésil, se reproduisent à Biotropica © Radio France - Laurent Philippot

"Certains animaux expriment assez peu de comportements ou de perturbations comme les crocodiles notamment qui ne sont quand même pas hyper expressifs" développe François Huyghe et qui pourtant "avec les jours qui rallongent sont à nouveau dans des dispositions amoureuses"

Visiteur ou pas, les alligators albinos sont plutôt placides
Visiteur ou pas, les alligators albinos sont plutôt placides © Radio France - Laurent Philippot

Les alligators albinos sont en pension à Val-de-Reuil, le temps que l'aquarium tropical du Palais de la Porte Dorée à Paris se refasse une beauté. Une fois partis, ils  seront remplacés par des gavials du Gange, "des crocodiles en danger critique d'extinction".

Le confinement ? Je m'en balance disent les chauves-souris géantes de Livingstone
Le confinement ? Je m'en balance disent les chauves-souris géantes de Livingstone © Radio France - Laurent Philippot

ÉCOUTEZ - Reportage : balade dans la serre tropicale de Biotropica

Séance bronzage pour le dragon de Komodo
Séance bronzage pour le dragon de Komodo © Radio France - Laurent Philippot

L'absence de public est aussi l'occasion pour les jardins animaliers d'avancer dans de nouveaux projets, comme un nouvel enclos pour les paresseux : "C'est un truc qu'on n'a jamais vu nulle part, des plateformes suspendues pour pouvoir faire un enclos aérien. Les paresseux vont pouvoir faire le tour de la serre avec un réseau de branches et de cordes" détaille le directeur. Autre innovation pour les rats taupes, des rongeurs souterrains de la corne de l'Afrique, "un enclos où les visiteurs pourront les voir se promener sous les galeries"

La femelle paresseux attend son sixième petit. La tamarin aussi est pleine
La femelle paresseux attend son sixième petit. La tamarin aussi est pleine © Radio France - Laurent Philippot
Le paon a réservé la table de pique-nique
Le paon a réservé la table de pique-nique © Radio France - Laurent Philippot

S'il y en a à qui la présence humaine manque, ce sont les chèvres naines de la ferme des enfants : "C'est les seuls animaux qu'on est autorisé à a papouiller à Biotropica" sourit François Huyghe et "clairement, les chèvres s'ennuient et elles ont hâte, comme nous, que les visiteurs reviennent"

Habituées à être caressées par les enfants, les chèvres naines s'ennuient dans leur enclos
Habituées à être caressées par les enfants, les chèvres naines s'ennuient dans leur enclos © Radio France - Laurent Philippot

Une étude scientifique sur le comportement des animaux

François Huyghe ne ressent "pas de modification par rapport aux autres années" et le vétérinaire en est persuadé, "l'impact des visiteurs est plutôt neutre ou positif".  Pour en être sûr, une équipe d'éthologues est sur le point de prendre ses quartiers à Biotropica "de façon à étudier le comportement des animaux pendant la fermeture et ils continueront leur travail dès lors qu'on sera ouvert" explique le directeur. Savoir si le visiteur est une perturbation pour les animaux intéresse le scientifique. 

L'animal a-t-il un comportement enrichi du fait de la présence des visiteurs ? Est-il perturbé ? Ou il s'en fiche complètement ? - François Huyghe

Les manchots seront étudiés par les éthologues. En attendant, ils profitent de la baignade
Les manchots seront étudiés par les éthologues. En attendant, ils profitent de la baignade © Radio France - Laurent Philippot

Une façon aussi de répondre scientifiquement aux nombreuses critiques formulées sur la captivité des animaux sauvages. "Si j'avais le sentiment que garder des animaux en captivités, ça nuisait à leur bien-être, je changerai de travail. Je ne me lève pas le matin en disant ah qu'est-ce que je vais pouvoir les embêter" avance François Huyghe, sûr de la mission de conservation des espèces qu'il mène depuis des années. Le directeur de Biotropica espère pouvoir rouvrir au plus vite et assure qu'en deux jours, tout sera prêt pour recevoir les visiteurs. Avec plus de 220.000 visiteurs par an en moyenne, Biotropica est le deuxième site touristique de l'Eure, derrière la fondation Monet à Giverny. 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix
Choix de la station

À venir dansDanssecondess