Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La ville de Granville surprise par la flambée de l'épidémie de Covid

-
Par , France Bleu Cotentin

En très peu de temps, le Sud Manche a connu une hausse fulgurante du taux d'incidence. A Granville, il culmine désormais à 450 cas pour 100 000 habitants, du jamais vu depuis le début de l'épidémie de Covid.

L'hôpital enregistre une hausse du nombre de patients depuis environ deux semaines.
L'hôpital enregistre une hausse du nombre de patients depuis environ deux semaines. © Radio France - Arthur Blanc

Tout le monde a été pris de court. Jamais depuis l'arrivée du coronavirus en France, la ville de Granville n'avait connu une explosion pareille de l'épidémie de Covid. En quelques jours à peine, le taux d'incidence dans le secteur a grimpé en flèche, pour atteindre 450,9 cas pour 100 000 habitants, selon les derniers chiffres de l'agence régionale de santé (ARS). Une situation inédite qui surprend la mairie comme les habitants de par sa rapidité.

On pensait être plutôt épargné

Dans les rues de Granville, la vie semble suivre son cours. Pendant que certains font leur jogging, d'autres font un tour dans les commerces pour faire leurs emplettes. Mais quelque chose a changé depuis cette nouvelle. "On fait plus attention à ce que l'on n'approche personne", confie Jean-Jacques, qui rentre de la boulangerie. 

"On a le bon air ici pourtant. On pensait être plutôt épargné depuis le début de l'épidémie, mais finalement non", poursuit-il. Une impression confirmée par Danielle, assise face au port pendant sa balade habituelle. "En fait, on ne le connaît absolument pas ce virus, c'est ça qui fait peur."

La prudence est de mise

Du côté de la mairie, le sentiment est identique : personne n'arrive à comprendre la raison de ce phénomène. Jusque là, le pic avait été atteint à l'automne dernier avec une pointe à 260 cas pour 100 000 habitants. "Cela ne peut pas être un contrecoup des fêtes, nous en sommes relativement éloignés désormais", explique Jean-René Ledoyen, adjoint à la mairie à la solidarité et la santé. Ce dernier affirme également que Granville n'est pas à part : les gestes barrières étaient bien respectés depuis de longs mois.

Forcément, dans ce contexte, le variant britannique se dresse en toile de fond. "Bien sûr que l'on pense à lui", poursuit Jean-René Ledoyen. Mais il est trop tôt pour l'heure de déterminer s'il est bien responsable de cette croissance exponentielle de l'épidémie à Granville. Néanmoins, un afflux plus accentué de patients se fait ressentir à l'hôpital de Granville depuis environ deux semaines. Une réorganisation en interne au sein des services a même été lancée pour accueillir plus de monde.

Des dépistages gratuits

Malheureusement, le secteur de Granville est loin d'être un cas isolé. Dans le Sud Manche, l'accélération de l'épidémie se fait ressentir depuis plusieurs jours. A Avranches par exemple, le taux d'incidence n'est pas loin, à 420,6 cas pour 100 000 habitants. Un peu plus loin, il culmine à 244,1 pour Saint-Lô. Dans ces 3 villes, la Préfecture a donc annoncé d'urgence des dépistages gratuits en cette fin de semaine. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess