Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

La ville de Sète propose un dispositif d'alerte anti-chute pour les personnes âgées

-
Par , France Bleu Hérault

Le CCAS de Sète incite les personnes âgées à s'équiper de dispositifs d'alerte en cas de chute, l'un des principaux accidents à domicile pour les personnes âgées.

Ce bracelet, relié à un service de télé-assistance, déclenche automatiquement une alarme en cas de chute brutale
Ce bracelet, relié à un service de télé-assistance, déclenche automatiquement une alarme en cas de chute brutale © Radio France - Marie Ciavatti

Sète, France

Il existait déjà des bracelets d'alarme à déclencher en cas d'accident domestique. La ville de Sète, comme d'autres collectivités, propose à partir du 1er octobre, à ses seniors de s'équiper d'un bracelet capable de détecter une chute brutale. Il ne l'empêche pas bien sûr, mais cet appareil, relié à un service de téléassistance, se déclenche automatiquement lorsqu'il enregistre un mouvement brutal suivi d'une immobilité.  

"La chute en elle-même peut entraîner des conséquences, explique Caroline Auxietre la responsable du pôle autonomie au CCAS, mais c'est surtout le temps passé au sol qui peut être dramatique. Plus on réduit le temps d'intervention des secours, plus on écarte le risque de séquelles".

"Ça reste stigmatisant" 

Le problème, c'est que trop souvent les personnes âgées ne s'équipent qu'après un accident. "Après la chute c'est trop tard, commente Caroline Auxietre. Mais aujourd'hui, dire à une personne qu'il lui faut un appareil de téléassistance, ça reste stigmatisant. C'est lui dire qu'elle est dépendante et personne n'a envie de l'entendre. Ce n'est pas assez vu comme un outil de prévention". 

"On ne veut pas entendre parler de dépendance". C. Auxiètre, responsable du pôle autonomie au CCAS

Un véritable enjeu quand on sait que 9.300 personnes de plus de 65 ans meurent chaque année en France des suites d'une chute et qu'on enregistre 76.000 hospitalisations pour une fracture du col du fémur. 

Ce service supplémentaire est proposé au tarif de 3 à 4 euros par mois en fonction des revenus. L'an dernier, la ville comptait 250 usagers inscrits au service de téléassistance en lien avec le CCAS , avec près de 2.000 appels recensés. L'opérateur a traité près de 200 chutes et/ou malaises

Informations et renseignements auprès du service Autonomie du CCAS : 04.67.51.84.75 et sap-ccas@ville-sete.fr

Le temps d'intervention est décisif. C. Auxiètre, responsable du pôle autonomie au CCAS

Jocelyne Villa-Gizardin, adjointe au maire en charge de la santé

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu