Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : comment la plateforme de dépistage Covid du CHU de Poitiers traque le variant britannique

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu

Le variant britannique du Covid-19 circule bien dans le Poitou. La plateforme de dépistage Covid du CHU de Poitiers a détecté 46 cas en un mois et doit analyser des centaines de cas suspects chaque semaine. Face à l'afflux, les équipes vont changer de méthode de confirmation des tests lundi.

C'est dans ce laboratoire du CHU de Poitiers que sont analysés les tests Covid réalisés dans trois départements de l'ex-Poitou-Charentes
C'est dans ce laboratoire du CHU de Poitiers que sont analysés les tests Covid réalisés dans trois départements de l'ex-Poitou-Charentes © Radio France - Isabelle Rivière

L'Agence régionale de Santé de Nouvelle-Aquitane le confirme : le variant britannique du Covid-19 est bel et bien présent dans la Vienne et dans les Deux-Sèvres.  Depuis le 17 décembre 2020, la plateforme de dépistage Covid du CHU de Poitiers a repéré 302 profils suspects du variant, dont 46 confirmés par la technique du séquençage du génôme du virus. Mais cette méthode spécialisée n'est pas une technique pour le dépistage à grande échelle, à part sur certains sites prévus à cet effet comme celui de l'Institut Pasteur par exemple.

Une nouvelle méthode pour confirmer les variants

Au CHU de Poitiers, le laboratoire en charge des analyses a la capacité de réaliser 40 séquençages par semaine. Or en ce moment, la plateforme recense environ 300 cas suspects par semaine qu'il faut confirmer. Pour être sûr de tenir la cadence face au risque épidémique, les équipes du Pr Levêque vont donc changer de méthode dès la semaine prochaine.  

Au lieu de réaliser un génotype du virus, nous réaliserons un deuxième test RT-PCR sur l'échantillon suspect, précise le professeur.

Le séquençage sera réservé à la recherche d'autres variants pas encore présents sur le territoire, comme par exemple les variants sud-africain ou brésilien. 

Des centaines d'analyses chaque jour

Il faut savoir que la plateforme de dépistage covid du CHU de Poitiers reçoit des tests en provenance de la Vienne, des Deux-Sèvres, mais aussi de la Charente. En ce moment, les 26 techniciens de laboratoire et les six secrétaires du service doivent gérer 15 à 17.000 analyses par semaine, soit 2 à 3.000 par jour. Et dans 5 à 7% des cas, ces tests s'avèrent positifs au coronavirus. 

Et sur ces cas positifs, entre 10 et 17% sont des variants britanniques

D'après le responsable de la plateforme de dépistage Covid du CHU de Poitiers, "on n'en est pas encore à ce qu'on a vécu au cœur de la seconde vague en novembre où l'on tournait autour de 24.000 analyses par semaine, soit 5.000 par jour environ", même s'il le reconnait, les chiffres montent doucement.

La plateforme de dépistage Covid du CHU de Poitiers
La plateforme de dépistage Covid du CHU de Poitiers © Radio France - Isabelle Rivière
Choix de la station

À venir dansDanssecondess