Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences DOSSIER : Lactalis : du lait infantile contaminé par la salmonelle

Lactalis : Auchan et Carrefour ont remis en rayon des produits rapportés par des clients

mercredi 14 février 2018 à 18:00 - Mis à jour le mercredi 14 février 2018 à 19:45 Par Gildas Menguy, France Bleu Mayenne et France Bleu

Nouvelles révélations dans la gestion de la crise Lactalis ce mercredi, concernant cette fois la grande distribution. Non seulement des produits Lactalis concernés par la procédure de rappel sont restés en rayon, mais en plus, des produits rapportés par des clients ont parfois été remis en vente.

L'enseigne Auchan, comme le groupe Carrefour, a révélé avoir remis en rayon par inadvertance des produits Lactalis rapportés par des clients.
L'enseigne Auchan, comme le groupe Carrefour, a révélé avoir remis en rayon par inadvertance des produits Lactalis rapportés par des clients. © Maxppp - Thomas Lo Presti

Les sénateurs poursuivent leurs travaux à propos de l'affaire Lactalis. Ce mercredi matin, c'était au tour de la grande distribution d'être auditionnée par les sénateurs de deux commissions, celle des affaires économiques et celle des affaires sociales. 

Carrefour, Leclerc, Auchan, Intermarché, Casino, Système U, Cora... toutes les enseignes étaient présentes. Il y avait également des représentants des pharmacies. Les Sénateurs ont cherché à comprendre pourquoi et comment des lots concernés par les différentes procédures de rappel ont continué à figurer dans les rayons des supermarchés et des pharmacies.

Les représentants des enseignes de la grande distribution ont été auditionnés au Sénat ce mercredi matin (copie écran) dans le cadre de l'affaire Lactalis. - Aucun(e)
Les représentants des enseignes de la grande distribution ont été auditionnés au Sénat ce mercredi matin (copie écran) dans le cadre de l'affaire Lactalis.

On rappelle que le groupe Lactalis a procédé au rappel de 12 millions de boîtes. Des boîtes de lait en poudre infantile, potentiellement contaminé à la salmonelle. Cette procédure de rappel s'est effectuée en quatre vagues, avec quinze messages successifs au cours du mois de décembre.

Carrefour et Auchan reconnaissent avoir remis dans leurs rayons  des produits rapportés par les clients 

Début janvier, plusieurs enseignes dont le groupe Leclerc, avaient révélé que des produits Lactalis concernés par la procédure de rappel avaient été vendus dans certains magasins. "999 produits ont été vendus après le 22 décembre (date du retrait total des poudres de lait)" a expliqué Sébastien Chellet, le représentant du groupe Leclerc. Mais ce que cette audition a en plus révélé , c'est que des produits rapportés par des clients, ont ensuite été remis en circulation dans les rayons. Ce fut le cas dans des magasins de l'enseigne Carrefour. Le directeur qualité, Stéphane Dufort a regretté "une mauvaise gestion des produits retournés en magasins par nos clients. Malheureusement, un certain nombre de produits ont été remis par mégarde dans le circuit de distribution : c'est la principale cause de défaillance identifiée." Même révélation du côté du groupe Auchan. Franck Geretzhuber, secrétaire général de l'enseigne a précisé que "52 produits rapportés ont été remis en vente."

Des défaillances humaines

Plusieurs représentants de la grande distribution ont regretté "des défaillances humaines" mais souligné aussi les manquements du groupe Lactalis dans sa communication concernant les rappels. Le directeur de la qualité et de la sécurité du groupement Système U, Laurent Francony a estimé que "le dispositif de retrait / rappel était arrivé à saturation". Les représentants des différentes enseignes de la grande distribution ont livré des pistes afin qu'un tel scénario ne se reproduise pas.