Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences DOSSIER : Lactalis : du lait infantile contaminé par la salmonelle

Lactalis : des salmonelles retrouvées dans des produits issus de la tour n°2 de l'usine de Craon

jeudi 29 novembre 2018 à 20:10 Par Martin Cotta et Gildas Menguy, France Bleu Mayenne et France Bleu

Deux types de salmonelles ont été retrouvés dans des produits fabriqués par la tour n°2 de l'usine de Craon avant le début du scandale du lait contaminé en décembre 2017, d'après l'AFP. Des éléments qui mettent à mal la défense du groupe mayennais Lactalis.

L'usine Lactalis de Craon en Mayenne
L'usine Lactalis de Craon en Mayenne © Maxppp - Thomas Bregardis

Craon, France

Pas une semaine ne passe sans de nouvelles révélations dans l'affaire Lactalis. Des documents de la Direction générale de la Santé, consultés par l'Agence France Presse, prouvent que deux types de salmonelles ont été retrouvés dans des produits fabriqués par la tour n°2 de l'usine de Craon avant le scandale du lait contaminé en décembre 2017.

La contamination n'était pas limitée à la tour n°1

Le groupe Lactalis a étendu, le 20 décembre 2017 son retrait-rappel "à l'ensemble des produits fabriqués sur le site de Craon depuis le 15 février 2017 à la suite de la mise en évidence de Salmonella mbandaka et Salmonella agona dans des produits fabriqués par la tour n°2 lors d'autocontrôles environnementaux en novembre".

Lactalis évoquait donc jusque-là l'environnement de cette tour et non pas les produits qui en sortaient. Le groupe mayennais avait toujours assuré que le phénomène de contamination était limité à la tour numéro 1 de l'usine.

L'usine doit fermer pour l'association de victimes

Pourquoi cette tour n°2 n'a-t-elle pas connu le même sort que sa jumelle à savoir un démantèlement ? Pourquoi l'État a-t-il autorisé de nouveau la production dans l'usine dès le mois de juin, et au départ à titre expérimental ? Ces nouvelles informations provoquent une fois de plus la colère de Quentin Guillemain, le président de l'Association des Familles de Victimes du Lait Contaminé aux Salmonelles.

"Cette usine doit fermer car l'ensemble du site a été contaminé, lâche Quentin Guillemain. Il est hors de question de ne fermer qu'une seule partie de l'usine quand on sait qu'il y a eu les mêmes conséquences, les mêmes causes sur l'ensemble de l'usine." Le président dénonce les pressions de Lactalis pour des raisons économiques. 

"On nous enfume depuis le début. Il y en a marre d'apprendre de nouvelles choses semaines après semaines. Quand on sait que ces produits sont vendus dans des magasins à l'heure où je vous parle, on a des raisons de croire qu'ils ne doivent pas être consommés" - Quentin Guillemain

"Lactalis fait pression en permanence pour des questions économiques"

L'association appelle donc de nouveau au boycott des produits Lactalis. Le groupe laitier n'a pour l'instant pas répondu à nos sollicitations.