Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences DOSSIER : Lactalis : du lait infantile contaminé par la salmonelle

Lactalis : Santé Publique France parle de "produit à risque" au sujet du lait en poudre

mercredi 18 avril 2018 à 16:12 Par Martin Cotta, France Bleu Mayenne

La commission d'enquête parlementaire chargée de tirer les enseignements de l'affaire Lactalis a entendu ce mercredi plusieurs membre de l'institut Santé Publique France. Cette agence a jugé le lait en poudre comme "produit à risque" et n'établit pas de lien avec l'épidémie de 2005 à Craon.

L'usine Lactalis de Craon en Mayenne
L'usine Lactalis de Craon en Mayenne © Maxppp - Thomas Bregardis

Craon, France

Pas de séquelles pour les bébés hospitalisés

Santé Publique France confirme le bilan déjà livré par les différentes parties prenantes de l'affaire, à savoir 38 bébés contaminés par la salmonelle, dont 18 hospitalisés. Le plus jeune était âgé de seulement deux semaines et ces nourrissons "allaient bien" après leurs passages à l'hôpital d'après l'institut. Ils ne présentent pas de séquelles. 

Le lait en poudre jugé "à risque"

Lors de l'audition des différents membres de l'institut Santé Publique France, l'agence nationale qui dépend du ministère de la Santé, Henriette de Valk, responsable de l'Unité infections entériques, n'a pas sous-estimé l'ampleur de la crise. "C'est un produit à risque parce que cela concerne une population très sensible. L'âge médian des bébés dans cette affaire est de 4 mois. Du fait de leur faible poids, ils ont besoin d'une prise en charge rapide, afin d'éviter la déshydratation (...) C'est une épidémie grave dans ce sens-là en effet" a expliqué cette professionnelle. 

Une souche "clone" de 2005

L'usine de Craon en 2005 a déjà connu une infection à la salmonelle. Le site était alors sous le contrôle de l'entreprise Célia (rachetée un an plus tard par le groupe Lactalis). Devant la commission d'enquête, Santé Publique France a expliqué qu'il n'y avait pas de liens à faire entre les deux épisodes car "il y a eu absence de souches" pendant des années, même si les deux bactéries sont presque similaires. "Un an après l'épidémie de 2005 on a interrogé tous les cas de Salmonella Agona [la bactérie, ndlr] et il n'y avait pas de liens" assure Henriette de Valk, responsable de l'Unité infections entériques.

Emmanuel Besnier convoqué

Le président de la commission d'enquête parlementaire, Christian Hutin, a rappelé qu'Emmanuel Besnier le PDG de Lactalis est invité à s'exprimer devant les députés. Une lettre a officiellement été envoyée. Trois ministres devraient également s'exprimer. Certainement Stéphane Travers, le ministre de l'Agriculture, Agnès Buzyn la ministre de la Santé et Bruno Le Maire, ministre de l'Économie.

À noter la présence en commission parlementaire, ce mercredi, de Géraldine Bannier, la député de la deuxième circonscription de la Mayenne.

À LIRE ÉGALEMENT ►► Affaire Lactalis : l'État est "responsable" et "complice", il "a manqué à son devoir de garantie de sécurité sanitaire"