Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences DOSSIER : Lactalis : du lait infantile contaminé par la salmonelle

Lait contaminé : le gouvernement annonce de nouveaux contrôles, Lactalis s'excuse auprès des parents

jeudi 11 janvier 2018 à 12:26 - Mis à jour le jeudi 11 janvier 2018 à 17:52 Par Julien Baldacchino, France Bleu Mayenne et France Bleu

Après les révélations sur la vente de lait infantile contaminé, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a annoncé ce jeudi 2.500 contrôles supplémentaires la semaine prochaine, et recevra les distributeurs et la direction de Lactalis. Le groupe industriel a de son côté présenté ses excuses.

Bruno Le Maire
Bruno Le Maire © AFP - FRANCOIS GUILLOT

"L'Etat s'est substitué à une entreprise défaillante", dans l'affaire Lactalis : c'est ce qu'a déploré le ministre de l'Economie Bruno Le Maire ce jeudi, lors d'une conférence de presse, après les révélations du début de semaine  sur la vente de lait infantile qui aurait dû être retiré du marché pour cause de contamination à la salmonelle. 

Un arrêté pour retirer les produits

Le ministre, retraçant l'historique des contrôles de l'usine Lactalis de Craon, souligne que "nous avons alerté Lactalis des résultats [des contrôles menés par la DGCCRF et la direction départementale sanitaire, ndlr] le 8 décembre, et je leur ai laissé jusqu'à 22 heures pour retirer tous les lots produits par la tour de séchage numéro 1". Il explique que faute de réponse, c'est le ministère qui a pris un arrêté pour suspendre la commercialisation et l'exportation de tous les produits suspects. 

Un examen des documents demandés par la DGCCRF à Lactalis a relevé des "incohérences dans la liste des lots retirés ainsi que des lots manquants". L'entreprise a alors signalé que les références de cinq lots qui auraient dû être couverts par l'arrêté : 2.500 contrôles ont été menés dans des établissements susceptibles de distribuer ces produits, dont de nombreux supermarchés, mais aussi des crèches, des hôpitaux et des pharmacies, dont 91 se sont avérés positifs.

Nouveaux contrôles et rencontres avec les acteurs impliqués

Le ministre a annoncé qu'il avait demandé à la DGCCRF de mener 2.500 contrôles de plus la semaine prochaine, "pour nous assurer que tous les produits concernés ont été retirés". Il invite par ailleurs tous les consommateurs à se rendre sur le site de la DGCCRF pour y trouver "toutes les informations nécessaires sur les produits rappelés et sur les préconisations à suivre".

Lactalis renouvelle ses excuses

Il recevra par ailleurs jeudi soir, à Bercy, les dirigeants de la grande distribution "pour les rappeler à leurs obligation", et s'entretiendra par téléphone avec la présidente de l'ordre des pharmaciens. La direction de Lactalis, quant à elle, est convoquée vendredi matin

Elle n'a pas attendu ce rendez-vous pour s'exprimer. Un porte-parole du groupe a tenu une conférence de presse en fin d'après-midi jeudi. Lactalis a renouvelé "ses excuses aux parents", a déclaré Michel Nalet, qui a assuré que l'entreprise travaillait "en parfaite collaboration avec les services de l'État".