Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences DOSSIER : Lactalis : du lait infantile contaminé par la salmonelle

Lactalis : rappel de tous les produits fabriqués à Craon, des "centaines" de plaintes, un premier cas avéré à l'étranger

vendredi 12 janvier 2018 à 16:33 - Mis à jour le vendredi 12 janvier 2018 à 21:34 Par Thibaut Lehut et Germain Arrigoni, France Bleu Mayenne et France Bleu

Bruno Le Maire a annoncé vendredi que Lactalis allait reprendre toutes les boîtes de lait infantile produites dans l'usine de Craon (Mayenne) alors qu'une association évoque des "centaines" de plaintes contre l'industriel. Un premier cas avéré de contamination a été constaté sur un bébé en Espagne.

Lactalis devra reprendre tous les lots de lait infantile produits dans son usine de Craon (Mayenne)
Lactalis devra reprendre tous les lots de lait infantile produits dans son usine de Craon (Mayenne) © AFP - DAMIEN MEYER

Lactalis va reprendre toutes les boîtes de lait infantile produites dans l'usine de Craon (Mayenne), impliquée dans le scandale de la contamination à la salmonelle.

C'est ce qu'a annoncé ce vendredi Bruno Le Maire, au terme d'une entrevue avec les dirigeants de l'entreprise. Les boîtes seront reprises "sans considération de date, dans tous les lieux de commercialisation, en particulier la grande distribution et les pharmacies", a précisé le ministre de l'Économie et des Finances.

L'urgence, c'est la sécurité sanitaire" - Bruno Le Maire

"Plus une seule boîte fabriquée sur le site de Craon ne doit être en circulation sur les circuits de consommation", a ajouté Bruno Le Maire pour expliquer cette stratégie qui élargit les limites du précédent rappel, qui courait en effet à partir de février 2017.

L'usine de Craon est à l'arrêt depuis le 8 décembre et 250 de ses salariés ont été mis au chômage partiel. La contamination par des salmonelles de lait pour bébé Lactalis, fabriqué dans cette usine, vire à la catastrophe industrielle et a pris une dimension politique avec les accusations du gouvernement, qui a estimé que l'entreprise avait été défaillante dans sa stratégie de retrait des produits incriminés.

Des "centaines" de plaintes

Des "centaines" de parents de nourrissons ont porté plainte dans toute la France contre l'industriel Lactalis, pour avoir commercialisé du lait contaminé par la salmonelle, a annoncé vendredi l'association qui défend les victimes. 

"J'ai porté plainte. Des centaines d'autres familles ont d'ores et déjà porté plainte à travers la France", a indiqué le président de l'Association des familles victimes du lait contaminé aux salmonelles, Quentin Guillemain, lors d'une conférence de presse à Paris.

Le bilan de Santé publique France fait état, à ce jour, de 35 nourrissons atteints de salmonellose et ayant consommé un lait ou un produit d'alimentation infantile de l'usine Lactalis incriminée.

Premier cas de contamination avérée à l'étranger

Pour ce qui est des sanctions qu'encourt Lactalis dans cette affaire, le ministre a logiquement rappelé qu'une enquête judiciaire était en cours. En dépit de l'appel que lui a lancé le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert, vendredi matin, à venir s'exprimer publiquement, le  patron du leader mondial du lait est arrivé à Bercy par une entrée  dérobée, évitant soigneusement les caméras.

L'onde de choc du scandale a en tout cas franchi les frontières et pourrait s'étendre en Europe. Un cas de bébé contaminé à la salmonelle suite à la consommation de lait infantile Lactalis a en effet constaté en Espagne. Un soupçon existe sur un cas en Grèce. Ce sont les premiers cas évoqués à l'étranger.

  - Aucun(e)
-