Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

Landes : les Jeunes Agriculteurs ont leurs résultats d'analyses de glyphosate dans leurs urines

-
Par , France Bleu Gascogne

Début décembre, 13 agriculteurs landais ont fait analyser leurs urines pour voir si elles contenaient du glyphosate. Des tests pour répondre à la campagne des "Pisseurs 40", collectif écologiste, qui a fait la même chose pour dénoncer l'utilisation de l'herbicide. Les résultats sont tombés.

test d'urine en laboratoire. Image d'illustration.
test d'urine en laboratoire. Image d'illustration. © Maxppp - Richard BRUNEL

Département Landes, France

Les Jeunes Agriculteurs des Landes ont reçu leurs résultats d'analyses d'urine. 13 membres du syndicat, qui représente des agriculteurs de moins de 35 ans, et le député des Landes LREM Lionel Causse, ont réalisé début décembre un prélèvement d'urine, envoyé ensuite au laboratoire du CHU de Limoges pour y tester la présence de glyphosate. 

Si les Jeunes Agriculteurs se sont fait tester, c'est une façon de répondre à l'opération des "Pisseurs 40". Une opération pilotée par une association de militants écologistes landais, dans le cadre d'une campagne nationale. Ces derniers avaient permis à plus de 60 Landais volontaires de se faire dépister. 

Tous les tests des pisseurs volontaires 40 étaient revenus positifs : "Taux le plus bas, 0.17ng/ml, taux le plus haut, 2.20 ng/ml, une moyenne de 0.77 ng/l sur l'ensemble des analyses, soit presque 8 fois le taux autorisé dans l'eau potable (0.1ng/ml)", avaient alors expliqué les militants écologistes une fois leurs résultats reçus. 

Les résultats des Jeunes Agriculteurs landais très différents

Alors qu'en est-il pour les tests des Jeunes Agriculteurs landais ? Sur les 14 tests d'urine, analysés par le laboratoire du CHU de Limoges, six sont revenus positifs, avec en moyenne  0,17 microgramme de glyphosate par litre d'urine. Les huit autres sont revenus négatifs, ou en tout cas, en dessous du seuil détectable par le laboratoire. Les Jeunes Agriculteurs landais, en faisant la moyenne de tous les tests, estiment donc que les taux retrouvés dans leurs urines sont 11 fois inférieurs aux taux retrouvés chez les Pisseurs volontaires 40.   

Réaction de Michaël Dolet-Fayet, président des Jeunes Agriculteurs des Landes.

Deux méthodes différentes pour les analyses d'urine

Comment expliquer ces résultats différents ? D'abord par la méthode différente utilisée par les militants écologistes et les Jeunes Agriculteurs. Les pisseurs volontaires 40 ont testé leurs urines en envoyant leurs échantillons dans le laboratoire allemand Biocheck. Ce dernier ne teste pas directement la présence de glyphosate dans l'urine. Le laboratoire détecte la présence de glyphosate grâce à un test appelé "ELISA" qui prend en compte la présence de marqueur du glyphosate. En l’occurrence un anticorps qui réagit également à la présence d'une autre molécule qui, elle (AMPA), peut être présente par exemple dans les lessives. C'est l'une des raisons qui poussent les détracteurs des pisseurs volontaires à contester cette méthodologie. 

"J'ai foncé les yeux fermés, concède Sylvie Lalagüe, coordinatrice de la campagne glyphosate dans les Landes. Les tests de ce laboratoire allemand étaient les seuls qui permettaient de faire ce test d'ampleur à moindre coût." Le test ELISA est en effet réputé pour être moins cher que le test par chromatographie. Or, vérification faites, la campagne glyphosate affiche sur son site le tarif de 85 euros par analyse. Le laboratoire du CHU de Limoges affiche lui un prix de 67 euros 50. Et selon le professeur en toxicologie Jean-François Narbonne, le test ELISA est moins précis que le test du CHU de Limoges. 

C'est ce laboratoire du CHU de Limoges qui a été choisi par les agriculteurs landais. Ce laboratoire utilise donc la technique de la "chromatographie liquide couplée à la spectrométrie de masse en tandem". Cette technique cible directement la présence de glyphosate dans les urines. Mais le glyphosate ne reste pas longtemps présent dans les urines. C'est ce que vous pouvez lire un peu plus haut, sur la feuille de résultats du député Lionel Causse, avec les notes informatives du CHU de Limoges.

"Pour bien faire, explique le professeur Jean-François Narbonne, il faudrait récupérer toutes les urines de la journée, et surtout la première urine du matin qui concentre les produits de la nuit". C'est dans cet esprit là que les tests des pisseurs 40 ont été réalisés, puisqu'il était demandé aux participants d'arriver le matin à jeun. Les Jeunes Agriculteurs se sont eux donnés rendez-vous en début d'après-midi pour leur prélèvement à Dax, selon notre reporter qui les avait suivis. 

Que veulent dire ces résultats ? 

Pour les militants écologistes, leurs résultats démontreraient que tout le monde est otage des pesticides. Puisque tous les résultats reviennent positifs, personne, quelque soit son mode de vie, n'a le choix d'être exposé ou non à ces produits. Pour les Jeunes Agriculteurs 40, leurs résultats démontrent qu'il n'y a pas de taux énormes de glyphosate contrairement à ce qu'affirme les écologistes. Pour agriculteurs, les taux proviendraient de l'alimentation et des produits importés de l'étranger. Reste à savoir si ces taux sont alarmants pour la santé. 

Pour essayer de démêler tout cela, nous avons donc contacté une sommité de la question :  le professeur Jean-François Narbonne. Il est toxicologue de l'université de Bordeaux à la retraite mais travaille toujours pour l'université de Beyrouth. Il est le référent pesticides pour l'association Toxicologie-Chimie et, dans ce cadre, a été dernièrement expert judiciaire dans l'affaire Paul François. Cet agriculteur qui a fait condamner en appel, en France, Monsanto pour un autre herbicide que le glyphosate. Monsanto a décidé de se pourvoir en cassation. Il affirme ne plus être en lien de recherche avec l'industrie de la chimie depuis les années 70. 

Pour le toxicologue, quels que soient les résultats des analyses d'urine, ceux des écologistes ou ceux des agriculteurs, il ne sont pas significatifs si l'on veut parler de toxicité : "C'est du bruit de fond". Pour étalonner leurs résultats, les écologistes ont décidé de les comparer au seuil qui est acceptable dans l'eau potable (1 microgramme par litre). Une référence qui n'a pas lieu d'être pour le toxicologue qui explique que les autorités ont pris ce seuil car c'est le seuil de détectabilité. Autrement dit, les autorités considèrent qu'il ne doit pas y avoir de glyphosate dans l'eau potable, donc, le seuil de référence, c'est celui qui permet de le détecter.  

Le seul seuil sanitaire qui existe pour le glyphosate, seuil au dessus duquel ce serait toxique, c'est l'ANSES qui le rappelle : 900 microgrammes par litre pour l'eau potable. Donc les tests des Landais, écologistes ou agriculteurs, seraient, au moins, 1.000 fois en dessous.

Capture d'écran du site de l'ANSES.  - Aucun(e)
Capture d'écran du site de l'ANSES. - anses.fr

Après, est-ce que c'est une bonne nouvelle d'avoir des restes de pesticides dans le corps ? Non, bien sûr. "Mais ce n'est pas un scoop, cela fait 25 ans qu'on le sait, se désole le professeur Narbonne pour qui tout le battage qui est fait autour du glyphosate, est _du délire médiatique_. C'est un symbole, il y a des substances bien plus problématiques comme les organophosphorés". 

Alors pourquoi tester le glyphosate ? Opération de communication ?  

"Parce que le glyphosate, c'est un totem !" Et ce ne sont ni les agriculteurs ni le toxicologue qui le disent, mais bien la présidente de l'association écologiste landaise Sylvie Lalagüe. La coordinatrice de la campagne glyphosate dans le département avoue que comparer les résultats des agriculteurs et des pisseurs volontaires c'est "de la querelle de boutiquier". 

En fait, que ce soit pour les militants écologistes et les agriculteurs, l'important ne semble pas être les résultats et ce qu'ils montrent, mais plutôt l'écho dans la société de ces résultats. Une bataille de lobby, une bataille de communication. "Le but, c'est de mobiliser l'opinion autour des pesticides pour que le sujet soit dans le débat", continue Sylvie Lalagüe. "Oui, c'est de la com. C'est un ras le bol des agriculteurs, c'est pour cela qu'on est monté au créneaux là dessus", explique de son côté Michaël Dolet-Fayet. Le président des JA40 souhaite désormais monter des opérations de communication avec ces résultats en invitant la population dans les fermes pour montrer leur travail.    

Une guerre de communication, voilà qui exaspère le toxicologue Jean-François Narbonne. Ce dernier, qui n'a en tête que les dangers potentiels des substances, rappelle qu'aucune étude n'a établi le lien entre le glyphosate détecté à faible taux dans les urines et des cancers. Il rappelle également que dans les affaires judiciaires où Monsanto a été condamné, c'est le solvant du Roundup, et non le glyphosate, qui a été mis en cause. Selon lui, si on voulait faire des tests utiles, il aurait fallu tester les solvants et non le glyphosate.  

Quant aux pisseurs volontaires, les 64 Landais qui ont testé leurs urines avec l'association écologiste "Nous voulons des coquelicot Dax", ils vont déposer leur plainte collective le 12 février prochain au tribunal correctionnel de Dax. Pas une plainte contre les agriculteurs mais une plainte contre les fabricants de glyphosate et ceux qui permettent sa mise sur le marché.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu