Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Landes : plusieurs mobilisations dans le secteur de la santé

jeudi 7 juin 2018 à 19:15 Par Valérie Mosnier, France Bleu Gascogne

Le malaise des personnels dans le secteur de la santé dans les Landes. Grève à l'Ehpad de Geaune, inquiétudes pour des postes à l'Hôpital de Dax, les personnels de la Polyclinique d'Aire-sur-Adour sont ce sont aussi mobilisés ce jeudi.

Les personnels de la Polyclinique d'Aire-sur-Adour dénoncent leurs conditions de travail qui ont des conséquences sur la prise en charge des patients
Les personnels de la Polyclinique d'Aire-sur-Adour dénoncent leurs conditions de travail qui ont des conséquences sur la prise en charge des patients - © Chrystelle PERTUS

Landes, France

Dans les Landes, ça craque de tous les côtés dans le secteur de la santé. Dans les maisons de retraite, mais aussi dans les hôpitaux, les personnels se mobilisent. A chaque fois, le motif de mécontentement est le même : les conditions de travail et les conséquences sur la prise en charge des patients.

Manque de moyens et conditions de travail difficiles

Le syndicat Sud-Santé avait déposé un préavis de grève illimité à l'Ehpad de Geaune. Comme dans tous les établissements, les salariés dénoncent des conditions de travail et un traitement des patients difficiles dû aux sous-effectifs. A Geaune, les salariés reprochent également à la direction de ne pas respecter le code du travail. Une quinzaine de salariés et des familles de résidents se sont réunis ce jeudi matin devant l'établissement. Une nouvelle journée d'action pourrait avoir lieu la semaine prochaine si rien n'a avancé d'ici là. 

Dans un communiqué, la direction de la Résidence Gourgues affirme avoir déjà accédé à un certain nombre de demandes, comme la mise en place d'un CHSCT, des formations adaptées et une meilleure planification des congé. Elle assure également que les agents n'ont pas droit aux RTT, puisque leur temps de travail hebdomadaire est inférieur à 35 heures. Enfin, elle regrette que ce mouvement de grève intervienne à quelques jours du déménagement de la structure dans un bâtiment neuf (le déménagement initialement prévu le 19 juin devrait être reporté au mois de septembre).

A Aire-sur-Adour, les personnels de la Polyclinique de l'Adour ce sont aussi mobilisés ce jeudi. L'ancienne Polyclinique des Chênes a été reprise fin 2016 par le groupe Clinifutur. Les employés ont décidé se mettre en grève pour dénoncer leurs conditions de travail : manque de personnel, matériel pas adapté, salaires, manque de communication avec la direction sur le projet d'établissement... Ils étaient près 70 sur un effectif de 130 à rencontrer la direction, ce jeudi matin.  

Maisons de retraite et hôpital, même combat

A Dax, c'est la CGT de l'hôpital qui tire la sonnette d'alarme. La direction a reçu ce jeudi les cadres de santé pour discuter d'un nouveau plan d'actions, un plan de réorganisation. Plutôt un plan d'économie, pour le syndicat. Selon ce dernier, une trentaine de postes devraient être supprimés, tous services confondus, ce qui compliquera encore le travail des agents, déjà à bout, et aura encore des conséquences pour les patients explique Elisabeth Lasserre, la secrétaire générale de la CGT à l'Hôpital de Dax : "Les soins seront impactés, tout comme les services administratifs et logistiques. Quand on parle de l'administratif, s'il y a de l'attente dans le hall, il y en aura encore plus. Au niveau des services de logistique c'est pareil : le linge, la nourriture..."

Selon le syndicat, les agents sont systématiquement rappelés sur leurs repos, plusieurs services ont mis en place la journée de 12 heures ce qui entraîne une fatigue permanente, une mise en danger des agents et un risque d'erreur dans la prise en charge des patients. La représentante du syndicat rajoute que la situation est de plus en plus tendue après "un Plan de Limitation des dépenses en 2012 et un Plan de Retour à l'équilibre en 2015". Ce plan aurait d'autant plus de mal à passer, "quand on sait qu'on est un hôpital à l'équilibre, qui réalise plus de deux millions d'excédents. On ne comprend pas" poursuit Elisabeth Lasserre, avant de conclure "c'est pour que la mariée soit belle". La syndicaliste faisant référence au GHT, au groupement hospitalier de territoire qui prévoit la mutualisation de moyens entre plusieurs hôpitaux. 

La direction du Centre Hospitalier de Dax dément la suppression de ces postes. En revanche, elle reconnaît qu'une réflexion est en cours sur la réorganisation des services pour faire face aux économies demandées par l'Etat. Aujourd'hui, "avec la baisse des ressources, il y a moins de remplacements que par le passé", explique le directeur, qui rajoute que "concernant l'excédent, c'était le cas en 2017 mais les marges de manœuvres se réduisent". Des discussions sont en cours avec les personnels et les instances représentatives. 

La CGT de l'Hôpital de Dax doit rencontrer FO ce vendredi.  Le syndicat prévoit une journée de débrayage la semaine du 18 juin,  avec une distribution de tracts dans le hall de l'établissement.