Santé – Sciences

Laval : 11 collégiens de Jacques-Monod partent au Brésil pour la finale d'un concours de sciences international !

Par Marie Rouarch, France Bleu Mayenne lundi 23 janvier 2017 à 6:00

Quatre des onze élèves en partance pour la finale d'Exposciences au Brésil
Quatre des onze élèves en partance pour la finale d'Exposciences au Brésil © Radio France - Marie Rouarch

Onze collégiens de Jacques-Monod, à Laval, et deux de leurs professeurs s'envoleront en août pour le Brésil. Ils vont défendre leur projet "vivre et s'adapter à la montée des eaux" en finale internationale du concours Exposciences. Pour ça, ils doivent boucler un budget de 20 000 euros.

"Génial", "fantastique", "incroyable" ! Les élèves du collège Jacques-Monod de Laval sont plus qu'enthousiastes à l'idée de leur voyage au Brésil en août prochain. La petite équipe de 11 élèves a gagné en septembre dernier, à Toulouse, son billet pour la finale internationale du concours Exposciences, un challenge scientifique entre élèves de la maternelle à l'université. "Le concours se déroule du 6 au 13 août, à Fortaleza, dans le nord-est du Brésil", explique Thierry Baffou, le professeur de technologie à l'origine du projet.

Le point de départ de l'aventure : la thèse que prépare l'enseignant sur le réchauffement climatique et plus précisément sur la problématique de la montée des eaux. Il y a trois ans, il décide d'intéresser ses élèves à cette thématique : les causes de la montée des eaux, les moyens de lutte puis les moyens de s'adapter au phénomène. Le projet voit peu à peu le jour, au cours d'ateliers menés sur l'heure de midi, au sein du collège Jacques-Monod.

Vivre et s'adapter à la montée des eaux

En quoi consiste ce projet ? Ce sont les élèves qui en parlent le mieux, à l'image de Flavie et Laura. Les deux adolescentes ont quitté le collège pour le lycée, mais elles continuent l'aventure avec l'équipe. "À travers ce projet, on explique les causes de la montée des eaux : la dilatation thermique, l'urbanisation et la fonte des glaces. Et on s'interroge : comment est-ce que nous on pourrait s'adapter à cette montée des eaux ? On a créé une maquette avec des maisons flottantes, qui s'adaptent au niveau de la mer, construites en bois imputrescibles, bois d'ébène ou d'acacia, par exemple. Ce projet, c'est une solution du futur". Une solution "low cost", adaptée aux pays en développement comme le Bénin ou le Bangladesh, par exemple.

Avec leur maquette, leur projet, leurs solutions, les élèves ont donc remporté le concours Exposciences en Mayenne, puis la compétition européenne à Toulouse et ils croient en leurs chances pour la finale au Brésil. Mais pour aller au bout du rêve, il faut boucler un budget d'au moins 20 000 euros. "On a monté plusieurs dossiers de subventions, explique Thierry Baffou, le professeur de technologie, auprès des collectivités, mairie de Laval, conseil départemental, Région. On est aussi suivis à l'échelle nationale par les ministères du Logement et de l'Écologie".

La petite équipe compte aussi sur le financement participatif. Elle a ouvert une cagnotte sur internet pour solliciter les particuliers et les entreprises mayennaises qui souhaiteraient les soutenir, dans leur projet.

Et le challenge n'est pas que financier : le nouveau défi de l'équipe, c'est de trouver un moyen de faire voyager sa maquette d'1,20 mètre sur 80 centimètres dans la soute de l'avion pour le Brésil !