Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences DOSSIER : La mobilisation des habitants contre la fermeture de la maternité du Blanc dans l'Indre

Indre : la maternité du Blanc fermée temporairement cet été, faute de personnels

mardi 5 juin 2018 à 18:27 Par Jonathan Landais et Adèle Bossard, France Bleu Berry et France Bleu Poitou

Les femmes enceintes résidant au Blanc, dans l'Indre, ou dans les environs, devront se rendre à Châteauroux ou à Poitiers pour accoucher cet été. L'hôpital évoque une pénurie de médecins.

Illustration Naissance Hôpital bébé
Illustration Naissance Hôpital bébé © Maxppp - Pierre HECKLER

Le Blanc, France

Il n'y aura pas d'accouchement possible cet été à la maternité du Blanc, dans l'Indre. L'activité est transférée "temporairement" sur le site de l'hôpital de Châteauroux, à compter du 28 juin, et ce pour les deux mois de l'été, juillet et août. La nouvelle est tombée mardi. La raison ? Une pénurie de médecins.

L'hôpital de Châteauroux, qui gère également le site du Blanc, assure qu'il n'arrive pas à faire les plannings, que les gardes ne peuvent pas être assurées, faute de professionnels, et qu'il en va de la sécurité des patients. Il manque notamment des sages-femmes, des infirmiers-anesthésistes, des médecins gynéco-obstétriciens, des pédiatres et des anesthésistes.

C'est une violence faite aux femmes" - Annick Gombert, maire du Blanc

Jean-Michel Mols et Annick Gombert du comité de défense de l'hôpital du Blanc. - Maxppp
Jean-Michel Mols et Annick Gombert du comité de défense de l'hôpital du Blanc. © Maxppp - Adèle Bossard

Le collectif pour la défense de l'hôpital du Blanc tenait un point presse mardi en mairie du Blanc pour dénoncer cette situation. Ses membres estiment avoir été trahis par l'ARS, l'Agence Régionale de Santé, qui s'était engagée à ne pas fermer, même temporairement, la maternité. La maire du Blanc, Annick Gombert, parle d'une situation violente.

"La direction de l'hôpital de Châteauroux prend un risque énorme"

"Bien sûr que c'est violent (...) parce que _ces femmes qui sont suivies depuis plusieurs mois pour leurs grossesses_, on leur apprend aujourd'hui qu'elles devront aller ailleurs pour accoucher, alors que, éventuellement, pour certaines, elles habitent Le Blanc ou les communes alentours, c'est-à-dire à moins de trente minutes de la maternité... on retourne dans le tiers-monde là !", proteste l'élue.

Ce n'est pas une fermeture définitive" - ARS

Dominique Hardy, le représentant de l'ARS, l'Agence régionale de santé, dans l'Indre, assure qu'il ne s'agit en aucun cas d'une fermeture définitive de la maternité du Blanc mais bien d'un transfert d'activité temporaire. "Je le redis, les sages-femmes continueront à faire des consultations au Blanc, le transfert vers Châteauroux aura lieu seulement sur les accouchements". Les femmes enceintes qui le souhaiteront pourront aller accoucher au CHU de Poitiers, précise-t-il.

"Ce n'est pas une fermeture définitive, il y a un problème de sécurité à régler"

"Madame Bouyguard (la directrice de l'ARS) s'était engagée en effet à ne pas fermer la maternité, mais elle avait toujours mis en avant la sécurité des patients, là _il y a un problème de sécurité, on est obligés de le prendre en compte_", ajoute-t-il. La maternité du Blanc réalise un peu moins de 300 naissances par an. Le collectif de défense de l'hôpital du blanc doit se réunir dès ce mercredi pour envisager des actions de protestation.