Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Le bloc opératoire du CHU de Nice rouvre ce lundi

vendredi 28 septembre 2018 à 17:07 Par Laurent Vareille, France Bleu Azur

Le bloc opératoire du service orthopédie du CHU de Nice va rouvrir ce lundi après une semaine de fermeture. Une fermeture soudaine en protestation contre le manque de moyens matériels et de personnels.

Les urgences de Pasteur, CHU de Nice
Les urgences de Pasteur, CHU de Nice © Maxppp - PHOTOPQR/NICE MATIN

Nice, France

La direction du CHU de Nice a, ce vendredi, communiqué ces propositions pour débloquer la situation tendue qui perdure depuis une semaine au bloc opératoire du service orthopédie. Lundi dernier, les chirurgiens avaient en effet décidé de le fermer et de reporter les 120 interventions prévues. En accord avec les anesthésistes et les infirmières, tous demandaient des moyens. Moyens humains et moyens matériels. 

"Pour être attractif, il suffit de payer !"

La direction a ainsi promis d'embaucher 15 médecins anesthésistes et 10 infirmières, d'acheter quelques outils et surtout de travailler sur le long terme pour rendre le secteur public niçois de la santé attractif. "C'est très simple, explique Christophe Trojani, chirurgien à Pasteur. Il suffit de payer ! Rendez-vous compte, poursuit celui qui est l'un des instigateur de la grogne. Une infirmière à Pasteur est payé 1.500 euros. À Cannes à l'hôpital public, elle gagne 1.800 euros, à Monaco 1.000 de plus, 700 au moins si elle part dans le privé. La direction général du CHU doit tout simplement savoir ce qu'elle veut. Si elle veut travailler sur l'attractivité, alors elle paye !"  

"Ça sera difficile de les trouver !"

Un discours partagé par la CGT mais qui ajoute une pointe de scepticisme. Le syndicat entend que le service rouvrira ce lundi mais prévient qu'il sera attentif à ce que les promesses soient suivies de faits et notamment en ce qui concerne l'embauche de 15 infirmières. "Ça sera très difficile de les trouver, explique Stéphane Gauberti de la CGT. Si on veut embaucher, il faut qu'on paye mieux".  

Enfin, la direction a également fait savoir par voix de communiqué que du matériel a déjà été acheté et qu'une spécialité "infirmière de bloc" sera créée dès le mois d'octobre à la faculté de médecine.