Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La télémédecine en plein essor en Alsace avec la crise sanitaire

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

C'est une petite révolution dans les cabinets médicaux et les hôpitaux : la télémédecine. En 2020, avec la crise du Covid, le nombre de téléconsultations a bondi en Alsace, pour atteindre quasiment 600.000 entretiens à distance en un an.

La télémédecine en plein essor
La télémédecine en plein essor © Maxppp - Arnaud Journois

Parmi les sociétés spécialisées dans l'e-santé, le seul opérateur Pulsy, qui rassemble 40 établissements de santé dans le Grand Est, est passé, pour cette zone géographique, de 475 téléconsultations "Odys" à 7.500 en avril 2020.  

Sur un an, le nombre de téléconsultations a été multiplié par dix. Alors que la société Pulsy totalisait 5.600 téléconsultations de février 2019 à février 2020, elle a grimpé à 56.000 de mars 2020 à mars 2021.  

La télémédecine a véritablement décollé avec la crise du Covid, constate Arnaud Vezain, directeur de la conception chez Pulsy : "7% de l'activité médicale est faite en téléconsultation. Ça a été un tournant. Chez Pulsy on fait de la télémédecine depuis une dizaine d'années. A pat sur des spécialités très particulières, ça ne décollait pas!"

Pulsy, opérateur public de l'e-santé dans le Grand Est, travaille avec l'ARS, l'assurance maladie, les établissements de santé et les collectivités locales.

Un outil qui facilite le diagnostic à distance

Le Dr Pascal Charles, pneumologue à Strasbourg, réalise en moyenne trois téléconsultations par semaine. C'est peu, mais c'est bien plus qu'en 2019, avant la crise du Covid. "Dans le cadre de cette épidémie, le principal problème était de voir comment le patient évoluait sur le plan de son essoufflement, de savoir s'il fallait l'hospitaliser. Ça permettait d'évaluer visuellement un patient, ce que, jusque là, on ne pouvait faire que par téléphone."

"Ça permettait de ne pas le déplacer, de lui éviter de venir dans un cabinet médical et de prendre le risque de contaminer d'autres personnes."

Le pneumologue peut par exemple écouter le cœur et la respiration de ses patients à distance grâce à un stéthoscope électronique, manipulé par une infirmière présente près du malade. 

Près de 600.000 téléconsultations ont été réalisées en un an en Alsace, tous opérateurs confondus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess