Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences
Dossier : Coronavirus

Le Bordelais touché par le coronavirus est sorti du CHU Pellegrin grâce à un antiviral : le remdesivir

-
Par , France Bleu Gironde

Le Bordelais de 48 ans touché par le coronavirus est sorti jeudi matin de l’hôpital Pellegrin de Bordeaux. Les équipes du CHU se sont servis d'un nouveau médicament : le remdesivir. Le patient reste toutefois sous surveillance des médecins pendant au moins un mois.

Le Bordelais atteint par le coronavirus a pu sortir du CHU grace au Remdesivir, un médicament qui bloque le développement de la maladie.
Le Bordelais atteint par le coronavirus a pu sortir du CHU grace au Remdesivir, un médicament qui bloque le développement de la maladie. © Radio France - Cédric Hermel

Bordeaux, France

Il est sorti de l'hôpital Pellegrin de Bordeaux, 22 jours après y être entré. Le patient bordelais atteint par le coronavirus est sorti jeudi matin du CHU. Le personnel de l'hôpital en charge du malade savait depuis mercredi qu'il n'avait plus de traces du coronavirus. Ils ont pu le guérir grâce à un double traitement et notamment l'utilisation d'un nouveau médicament : le remdesivir. Son rôle : "empêcher le développement du virus dans le corps", explique le professeur Denis Malvy, chef de l'unité des maladies tropicales et du voyageur au CHU de Bordeaux.

Il avait été testé sur un seul patient atteint par le coronavirus, aux Etats-Unis. Mais il avait également servi lors de l'épidémie Ebola et constitue une base pour un éventuel antidote sur lequel travaillent actuellement les chercheurs de l'institut Pasteur, à Paris. Mais bien que le Bordelais de 48 ans n'ait plus de trace du coronavirus, il reste sous la surveillance du CHU.

Une surveillance qui durera "au moins un mois"

Le quadragénaire bordelais est rentré chez lui mais reste en contact permanent avec les équipes du professeur Malvy. "Il peut nous appeler 24 heures sur 24 et nous travaillons en collaboration avec une psychiatre pour construire sa resociabilisation et assurer la pérennité de son état physiologique", explique le médecin.

Un travail qui va durer "au moins un mois" assure le directeur du CHU de Bordeaux, Yann Bubien. "Trois semaines dans une chambre isolée, avec des soignants qui rentrent complètement couverts : forcément c'est très perturbant", admet-il. Le patient est certes sorti mais le CHU assure avoir les moyens d'accueillir de nouvelles personnes éventuellement touchées par le coronavirus. Il y a 24 chambres à l’hôpital Pellegrin qui peuvent accueillir d'éventuels cas confirmés de coronavirus dans la région, dont huit en pression négative. C'est dans ce type de chambre qu'est resté le patient girondin atteint par le coronavirus. Le Centre Hospitalier de Libourne possède également huit chambres à pression négative. 

Le point sur l'épidémie du coronavirus le 14 février à 18 heures. - Visactu
Le point sur l'épidémie du coronavirus le 14 février à 18 heures. © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu