Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Le centre d'appels d'urgence de l'Yonne sera bien transféré d'Auxerre à Dijon

lundi 2 juillet 2018 à 19:07 Par Lisa Guyenne et Isabelle Rose, France Bleu Auxerre

L'Agence Régionale de Santé a présenté ce lundi son projet régional de santé pour les années 2018-2028. Le plan fixe un cap pour les 10 ans à venir en matière de prévention et d'accès aux soins. Parmi les mesures annoncées, la fermeture du centre 15 de l'Yonne.

Image d'illustration
Image d'illustration © Radio France - Maxppp

Auxerre, France

La mobilisation des élus, fin 2017, n'aura pas suffi. Ce lundi 2 juillet, l'Agence Régionale de Santé a acté sa décision : la plateforme des urgences, le "15" auxerrois, fermera bien ses portes pour être rapatriée à Dijon, d'ici cinq ans au plus tard. 

"C'est ça la démocratie" - Pierre Pribile, directeur de l'ARS

Malgré la controverse suscitée par cette réforme, le directeur de l'ARS, Pierre Pribile, est resté droit dans ses bottes : "Pendant 3 mois, ce projet a été soumis à consultation. Nous avons épluché consciencieusement les requêtes des collectivités, _nous avons apporté plus de 200 modifications pour tenir compte de l'avis exprimé_. Et j'espère qu'elles y seront sensibles. C'est ça la démocratie", a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse donnée à Besançon. 

Un danger pour les patients ?

Du côté du personnel, on s'attendait à cette décision, déjà sur les rails depuis plusieurs mois, mais on ne la comprend toujours pas. "Ca va mettre en danger les patients", dénonce Gérald Defief, délégué FO à l'hôpital d'Auxerre. Pour lui, le problème vient d'abord du manque de connaissance du terrain qu'auront les interlocuteurs dijonnais : "Si on vous dit par exemple : j'habite à Lucy, des Lucy il y en a plein : Lucy-sur-Yonne, Lucy-sur-Cure... Cela risque de poser un vrai problème pour les patients."

Les urgences de nuit de Tonnerre et Clamecy restent ouvertes

Autre inquiétude : l'avenir du personnel. "Ils suivent sur Dijon ? Ils restent à Auxerre et on leur trouve des postes transitoires ?" Pas de réponse pour l'instant. Seule consolation pour le syndicaliste : les mobilisations successives contre la fermeture des urgences de nuit, à Clamecy et Tonnerre, ont porté leurs fruits. Elles resteront bel et bien ouvertes, et cela vient d'être acté. "C'est une belle victoire, mais heureusement ! Car il y avait un vrai danger de mort pour les patients."

Enfin, autre décision déjà attendue, l'hélicoptère du SAMU restera bien à Auxerre. Mais FO comme les autres syndicats n'excluent pas de mener d'autres actions à la rentrée.