Santé – Sciences

Le centre de santé des Trois-Cités à Poitiers a besoin des internautes

Par Noémie Guillotin, France Bleu Poitou et France Bleu lundi 28 septembre 2015 à 19:44 Mis à jour le lundi 28 septembre 2015 à 19:58

Le centre de santé sera rue René Amand, à Poitiers
Le centre de santé sera rue René Amand, à Poitiers © Radio France

Un appel aux dons est lancé sur internet, via le site de financement participatif Ulule. De l’argent nécessaire pour que le centre de santé voit le jour comme prévu le 2 novembre 2015 dans ce quartier populaire. Deux médecins sont prêts à s’installer mais il faut de l’argent pour lancer le projet.

C'est une demande des habitants, elle est en train de se concrétiser : un centre de santé aux Trois-Cités, quartier populaire de Poitiers. L'ouverture est prévue dans un mois. Les locaux sont prêts, au rez-de-chaussée de la résidence intergénérationnelle du quartier, rue René Amand.

Un constat : le manque de médecins__

« Trois médecins pour les quelques 13 000 habitants »_, pour Chantal Caille, la présidente de l’association l’Espoir, association qui a porté le projet, ça ne suffit pas. D’ailleurs, quelques années plus tôt, une grande enquête a été menée dans le quartier. Résultat : moins de la moitié des personnes interrogées ont un médecin traitant au Trois-Cités.

Un centre de santé, c’est quoi ?

A ne pas confondre avec une maison de santé. Ce ne sont pas des professionnels libéraux qui investissent un lieu. Là, les médecins sont salariés de la structure et déchargés des tâches administratives. Le tiers-payant est valable pour tous les patients, pas besoin donc d’avancer. C’est aussi un lieu de proximité où la prévention est mise en joue un rôle très important, dans des domaines comme l’alimentation, l’hygiène ou encore les vaccins.

La solution pour trouver de l’argent : le financement participatif 

Pour que ce projet puisse démarrer, il faut un budget d'environ 30 000 euros. L'association de gestion du centre n'a pas tous les fonds nécessaires. Il y a bien des subventions mais certaines arriveront plus tard. C’est pourquoi une collecte est lancée ce mardi sur le site internet Ulule. Tout le monde peut faire un don, de 5 euros minimum, c'est ce qu'on appelle le financement participatif. Chantal Caille ne doute pas de la mobilisation, notamment des habitants. « Cela permet aux gens de se dire que eux ont participé, ça les responsabilise », commente la présidente de l’association L’Espoir. L’objectif est d’atteindre les 13 000 euros.