Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le centre hospitalier de Guéret teste des médicaments à base de cannabis

-
Par , France Bleu Creuse

Le centre hospitalier de Guéret participe à la première expérimentation de France, sur le cannabis thérapeutique, 3.000 Français, atteints de certaines maladies très précises, vont recevoir du cannabis médical pendant deux ans, pour les aider à supporter la douleur.

Le docteur Marlène Amilhaud-Bordier est en charge de l'expérimentation sur la cannabis thérapeutique à l'hôpital de Guéret
Le docteur Marlène Amilhaud-Bordier est en charge de l'expérimentation sur la cannabis thérapeutique à l'hôpital de Guéret © Radio France - Camille André

L'hôpital de Guéret fait partie des 215 établissements de santé, retenus pour participer àla première expérimentation française sur le cannabis thérapeutique. Des médicaments à base de cannabis seront utilisés afin de soulager les douleurs de 3.000 patients atteints de certaines maladies spécifiques. L'hôpital de Guéret peut sélectionner jusqu'à 13 patients. Un premier volontaire a rendez-vous ce vendredi 9 avril.

 Quel est le profil des patients recherchés ?

L'expérimentation porte sur cinq maladies

  • douleurs neuropathiques réfractaires, 
  • épilepsies réfractaires
  • spasticité douloureuse de la sclérose en plaques
  • cancers
  • soins palliatifs

A l'hôpital de Guéret l'expérimentation portera uniquement sur les douleurs neuropathiques réfractaires, c'est à dire des douleurs qui sont apparues après une atteinte du système nerveux.

Philippe Champetter, chef de projet cannabis thérapeutique à Centre Lab
Philippe Champetter, chef de projet cannabis thérapeutique à Centre Lab © Radio France - Benjamin Billot

Pour être acceptés dans le programme, les patients doivent avoir déjà testé plusieurs traitements classiques, sans succès. Ils ne doivent pas présenter de contre-indication (insuffisance rénale, pathologie cardiaque sévère, antécédents de psychose ou d'accidents vasculaires cérébraux etc.) 

Il n'y a pas de limite d'âge, en revanche les patients n'auront pas le droit de conduire pendant les deux ans d'expérimentation, à cause du THC contenu dans certains des médicaments testés.

Comment va se dérouler cette expérimentation ?

Le docteur Marlène Amilhaud-Bordier, praticien hospitalier sur la consultation douleur, a déjà établi une liste d'une dizaine de patients qui pourraient correspondre à l'expérimentation. S'ils sont volontaires, elle les recevra en consultation.

En fonction des patients et de leur douleur, le docteur prescrira une certaine dose de cannabis thérapeutique. Ici le cannabis ne se fume pas. Il se présente soit en huile à avaler comme un sirop, soit en produit à vaporiser.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le patient retirera son médicament dans une officine qui a reçu une formation spéciale. Pour le moment en Creuse, seule la pharmacie de l'hôpital de Guéret est agréée. Le patient prendra son médicament, chez lui, tous les jours, selon le dosage prescrit.

Il y aura des consultations régulières, pour évaluer sa tolérance au médicament, l'évolution de la douleur et les éventuels effets secondaires. La dose pourra être modifiée au fil des mois, afin de réduire la douleur du patient de 70 à 80%.

Quel est l'objectif de cette expérimentation?

D'après le docteur Marlène Amilhaud-Bordier, l'enjeu de cette expérimentation n'est pas de mesurer l'efficacité du cannabis thérapeutique. "L'objectif principal est d'évaluer la faisabilité de prescription et de dispensation en toute sécurité de ce médicament", assure-t-elle. Cette étude doit permettre de mesurer les mésusages, les mauvaises prises de médicament, ou pour de mauvaises raisons. 

Les patriciens étudieront attentivement l'apparition des effets secondaires ou indésirables, "s'il y a trop d'effets secondaires ou trop d'effets indésirables, peut-être que ce produit ne pourra pas être utilisé. Mais on espère que non", explique-t-elle. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess