Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Le CHRU de Tours se dote d'un nouveau système de radiographie, 2 à 12 fois moins de rayons X pour les enfants

lundi 25 mars 2019 à 17:00 Par Annabelle Wanecque, France Bleu Touraine

C'est le seul équipement de ce genre en région Centre. Le CHRU de Tours se dote d'un tout nouveau système de radiographie très base dose. L'appareil est installé à l'hôpital Clocheville depuis janvier.

Ce nouveau système permettra de modéliser la colonne vertébrale et les membres inférieurs en 3D
Ce nouveau système permettra de modéliser la colonne vertébrale et les membres inférieurs en 3D © Radio France - Annabelle Wanecque

Indre-et-Loire, France

Le CHRU de Tours se dote d'un tout nouveau système de radiographie, le seul de ce genre en Centre Val de Loire. Il est installé depuis début janvier au sein de l'hôpital Clocheville, mais il a été officiellement inauguré ce lundi. Ce système baptisé EOS permet de délivrer des doses de rayons X de 2 à 12 fois plus basses que celles délivrées par les radiographies classiques. 

"On cherche toujours à avoir le moins de recours possible aux rayons X" - Dr Baptiste Morel, chef du service de radiologie pédiatrique

Pour le docteur Baptiste Morel, le chef du service de radiologie pédiatrique à l'hôpital Clocheville, réduire les doses est primordial quand on travaille des enfants, la population la plus exposée aux risques de ces rayons X. "On a particulièrement ce besoin pour les enfants dont le corps est en plein développement. On veut minimiser à tout prix le risque théorique lié aux rayons X. C'est un système particulièrement adapté aux enfants qui souffrent de scoliose, de déformation de la colonne vertébrale. A la fin de leur croissance, ils auront subi un nombre conséquent de radiographies, donc ça permettra vraiment de diminuer les doses à chaque fois. Ce qui a été prouvé, c'est qu'en cas de surexposition massive aux rayons X, type Tchernobyl ou Hiroshima, il y a un risque de développer certains cancers. Pour des doses plus faibles, il n'y a pas de risque établi mais on sait que quand il y a une surexposition massive aux rayons X, il y a un risque de développer certains types de leucémie par exemple". 

Le docteur Morel n'est donc pas peu fier de sa nouvelle machine, qui ressemble un peu à une grosse cabine de douche. Outre des doses de rayons X réduites, elle permet aussi de modéliser la colonne vertébrale et les membres inférieurs en 3D, d'obtenir des nouvelles mesures d'angles par rapport aux radiographies classiques. 

Cette nouvelle machine a coûté 550 000 euros - Radio France
Cette nouvelle machine a coûté 550 000 euros © Radio France - Annabelle Wanecque

Un équipement qui a pu voir le jour grâce au fonds de dotation

L'équipement a coûté cher, 550 000 euros, financé à 20% par le fonds de dotation du CHU. Pour le président de son conseil d'administration Jacques Portier, sans ce fonds il serait de plus en plus difficile de financer ce genre de projets innovants. "La commission des équipements hospitaliers fait une appréciation de ce qui est indispensable, nécessaire, etc... Elle a aussi la préoccupation de faire évoluer les choses, donc de mettre de l'innovation, mais souvent ce sont des projets qui sont très onéreux. Donc quand il faut faire des arbitrages, c'est cruel comme situation !" 

Autre projet décidé par le fonds de dotation, des patients en psychiatrie pourraient bientôt se voir emmener faire des activités de sport, comme de la piscine, des activités complémentaires à leur processus thérapeutique. Selon Jacques Portier, pour ce type de projets, il n'est pas toujours possible d'obtenir le financement par des fonds publics classiques. En 3 ans, ce fonds de dotation a porté 10 projets, il les a financés à hauteur de 360 000 euros.

A Clocheville, 3000 radiographies du rachis et des membres inférieurs sont réalisés par an. Depuis janvier, 500 ont été faites avec ce nouvel appareil. Un appareil qui pourra aussi bénéficier à certains adultes, et à d'autres patients de la région.