Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Le CHU de Dijon cherche des bénévoles pour expérimenter un traitement contre l’alcoolisme

dimanche 29 avril 2018 à 17:03 Par Lila Lefebvre, France Bleu Bourgogne et France Bleu

Le service d'addictologie du CHU de Dijon participe à un programme de tests d'un traitement par électrodes pour lutter contre l'alcoolisme. Pour sa dernière phase d'expérimentation il a besoin de cobayes et lance donc un appel aux volontaires : une seule condition, avoir un problème avec l'alcool.

Couloir du CHU de Dijon.
Couloir du CHU de Dijon. © Radio France - France Bleu Bourgogne

Dijon, France

Pas de groupes de paroles, pas de médicaments, mais des électrodes à l'image de certains traitements contre la dépression, c'est la méthode innovante que testent en ce moment les chercheurs du service d'addictologie du CHU de Dijon. Pour ça ils ont besoin de patients, des personnes qui estime avoir un problème avec l'alcool, ils lancent donc un appel aux volontaires sur les réseaux sociaux. 

Sortir de l'alcoolisme n'est pas une question de volonté, c'est une maladie" Benoit Trojak, responsable du service addictologie du CHU de Dijon.

Pour y participer, il faut être volontaire, et se départir de certaines idées reçues. "Sortir de l'alcoolisme n'est pas une question de volonté, martèle  le professeur Benoit Trojak, en charge de l'étude à Dijon, c'est une maladie". Elle peut donc se soigner à l'hôpital, grâce à un protocole de soin, c'est ce qu'il propose à une quarantaine de volontaires au CHU de Dijon. 

Un traitement par électrodes

Les chercheurs ont pu démontrer que l'addiction à l'alcool pouvait s'expliquer par le dysfonctionnement de certaines zones du cerveau. Ce traitement consiste donc à envoyer des petites décharges par électrodes à ces zones pour favoriser une meilleur activité du cerveau. La cure est rapide, en cinq jours à raison d'une séance d'une heure quotidienne. Mais les patients doivent se rendre disponibles sur le long terme pour vérifier son efficacité.

"aujourd'hui nous pouvons démontrer que ce traitement agit contre l'envie de boire, mais ça ne veut pas dire que le patient est sorti de l'alcoolisme, précise Benoit Trojak. D'autres facteurs environnementaux, comportementaux, autres que physiques peuvent pousser le patient à boire, nous voulons voir si les électrodes agissent aussi durablement sur ces facteurs".  

L'expérience est gratuite, mais non rémunérée, si vous êtes intéressé vous pouvez contacter le service d'addictologie du CHU de Dijon au 03 80 29 37 69. Quarante personnes sont recherchées pour les tests en Bourgogne, cette expérimentation est réalisée dans d'autres CHU de France.