Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Le CHU de Dijon s'engage dans la lutte contre les accidents du travail

jeudi 26 avril 2018 à 19:55 Par Lucas Valdenaire, France Bleu Bourgogne

Cette année, l'objectif du CHU de Dijon est de réduire de 20% le nombre d'accidents du travail. A l'occasion de la journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail, le CHSCT a lancé une opération de prévention. Au menu : risques chimiques, lavages de mains, ou encore vaccinations.

L'an dernier, plus de 580 accidents du travail ont été déclarés au CHU de Dijon
L'an dernier, plus de 580 accidents du travail ont été déclarés au CHU de Dijon © Radio France - Lucas Valdenaire

Dijon, France

C'est une première au CHU de Dijon-Bourgogne : une opération de prévention des risques et des accidents du travail. Elle était organisée ce jeudi, toute la journée dans le hall de l'établissement. Le CHSCT (Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) est à l'initiative de l’événement. Objectif : réduire de 20% le nombre d'accidents du travail par rapport à l'an dernier. 

Le directeur général adjoint Didier Guidoni a fait le calcul : l'année dernière, plus de 580 accidents du travail ont été déclarés. Un chiffre en légère augmentation par rapport à 2016. "Lorsque j'évite des chutes, lorsque les gens parviennent à soulever correctement des patients et du matériel, lorsqu'ils conduisent les chariots et qu'ils ne se démettent pas l'épaule, et bien j'ai fait en sorte que les gens travaillent en sécurité," explique Didier Guidoni, également à la tête du CHSCT. 

"Si les gens s'arrêtent, cela fait des trous dans les plannings. Et je prends des risques avec les autres qui vont devoir assumer une charge de travail plus importante. Voilà pourquoi on a l'ambition de faire 20% d'accidents du travail en moins cette année. Et encore 20% l'an prochain."

Les agents dijonnais ont également préparé des quiz sur les bons gestes à adopter au quotidien - Radio France
Les agents dijonnais ont également préparé des quiz sur les bons gestes à adopter au quotidien © Radio France - Lucas Valdenaire

Pour cela, des stands ont été installés dans l'hôpital et les agents pouvaient y faire un tour sur leur temps de travail. Au menu : des ateliers sur les risques chimiques, sur la façon de soulever les patients et le matériel, sur la vaccination et même sur les gestes du quotidien, comme le lavage de mains ou encore la façon d'éternuer. Le rappel des bons gestes est toujours très important estime Sandrine, cadre de santé. "Ce n'est pas si simple, confie-t-elle. Parce que les soignants ont aussi d'autres priorités, le contexte de travail est compliqué, et ils font au mieux, parfois au détriment des bonnes pratiques. On est là pour les aider."

Sans oublier les actes de violence, le plus souvent de la part des patients envers le personnel soignant. L'an dernier à Dijon, 170 événements indésirables ont été déclarés, comme le rappelle Julie Stryjek du syndicat Acteurs Santé CFE CGC. "Et dans ces 170 événements indésirables, il y a plein d'agents qui ne le déclarent pas, parce qu'ils trouvent une excuse aux patients. Même s'ils sont agités, même si c'est inhérent à leur pathologie, il faut le faire remonter."

"On ne peut pas subir de la violence à l'hôpital."

Le CHU de Dijon compte près de 5.500 salariés.

Un stand était également installé pour encourager les agents hospitaliers à se faire vacciner contre la grippe mais aussi la rougeole. - Radio France
Un stand était également installé pour encourager les agents hospitaliers à se faire vacciner contre la grippe mais aussi la rougeole. © Radio France - Lucas Valdenaire