Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Le CHU de Limoges creuse son déficit depuis trois ans

mardi 5 septembre 2017 à 18:43 Par Jérôme Edant, France Bleu Limousin

Pour la troisième année consécutive, le CHU de Limoges devrait clore son exercice en déficit. Selon la CGT, il pourrait dépasser les 10 millions d'euros comme ce fut le cas en 2016. Le syndicat et certains médecins estiment que le principe de la tarification à l'acte est responsable de la situation.

Pour la troisième année consécutive, le CHU devrait terminer l'année en déficit selon la CGT
Pour la troisième année consécutive, le CHU devrait terminer l'année en déficit selon la CGT © Maxppp - Frédérique Avril

Limoges, France

Le CHU de Limoges sombre dans le déficit. Selon la CGT, les comptes de l'établissement seront à nouveau dans le rouge cette année, pour la troisième fois consécutive, avec un trou probable de plus de 10 millions d'euros.

La situation est préoccupante car les finances de l'hôpital semblent être totalement déséquilibrées et ce déficit semble être plus structurel que ponctuel. Selon le syndicat CGT, l'hôpital n'a pas suffisamment de ressources et il pointe du doigt le principe de la tarification à l'acte mais aussi l'organisation des services à hôpital. L'activité globale du CHU ne permettrait pas d'avoir suffisamment de recettes car l'établissement n'exerce pas majoritairement dans les domaines qui rapportent le plus.

Divergences sur les causes du déficit

A l'inverse, la direction viserait plutôt les médecins et laisse entendre qu'ils qualifient mal leurs actes. Du coup, l'hôpital perdrait une partie de ses ressources. Exemple - très -théorique : pour une opération de l'appendicite de niveau 2, l'Etat donne moins d'argent que pour une opération codée niveau 3.

Le déficit engendre donc quelques tensions dans les couloirs du CHU et le médecin qui a réalisé une étude détaillée sur la structure des recettes du CHU a même démissionné il y a quelques jours. Les conclusions de son travail n'étaient pas du tout en phase avec le discours de sa direction.

De leur côté, ni la direction de l'établissement, ni le conseil de surveillance, ni l'agence régionale de santé ne font de commentaire sur ce déficit.