Santé – Sciences

Le CHU de Limoges réfute les accusations de Cash Investigation

Par Jérôme Ostermann, France Bleu Limousin et France Bleu mardi 15 septembre 2015 à 19:29

Le CHU de Limoges ne veut pas entendre parler de course à la rentabilité
Le CHU de Limoges ne veut pas entendre parler de course à la rentabilité © Radio France - Jérôme Ostermann

Dans son documentaire sur les conséquences de la tarification à l'acte diffusé lundi soir sur France 2, Cash Investigation pointe du doigt le service urologie du CHU de Limoges qui opérerait plus que de besoin ses patients de 75 ans et plus atteints du cancer de la prostate. Le CHU dément fermement.

Cash Investigation avance des chiffres. Le service urologie du CHU de Limoges aurait en 2013, opéré 50% de ses patients âgés de 75 ans et plus, atteints du cancer de la prostate alors que la Haute Autorité de santé préconise de ne pas opérer les patients de cet âge là. Il s'agirait de privilégier l'opération pour une question de rentabilité de l’hôpital. Faux rétorque le CHU qui affirme avoir diagnostiqué un cancer pour un peu plus de 30 personnes de cette tranche d'âge en 2013 pour seulement deux opérations, loin des 50% évoqués.

Une personne présentée comme membre du service urologie du CHU de Limoges apporte aussi son témoignage de manière anonyme. De graves accusations dont voici un un extrait.

Le témoignage extrait de Cash Investigation

De son côté, Xavier Plainard, urologue au CHU de Limoges, dément formellement que les membres de son service utilisent de telles pratiques.

Xavier Plainard, urologue au CHU de Limoges

Après la diffusion de ce documentaire disponible sur le site de rediffusion de France 2, pluzz.francetv.fr, le CHU de Limoges réfléchit au dépôt éventuel d'une plainte pour diffamation.