Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Le CHU de Nice teste un nouveau traitement contre la bronchopneumopathie chronique

-
Par , France Bleu Azur

La BPCO est une maladie respiratoire chronique qui affecte 3 millions de personnes en France, principalement des fumeurs. Le service pneumologie du CHU de Nice participe à une étude clinique internationale pour améliorer l'état des malades. Un premier patient niçois vient de tester le traitement.

L'hôpital Pasteur de Nice
L'hôpital Pasteur de Nice © Maxppp - Eric Ottino

Nice, France

Michel a 71 ans, la BPCO s'est manifestée chez lui il y a trois ans, de façon brutale, "j'étais chez moi, je n'arrivais plus à respirer, alors j'ai composé le 15, les pompiers m'ont emmené à l'hôpital". Michel fume depuis l'âge de 20 ans, mais depuis qu'on lui a diagnostiqué la bronchopneumopathie chronique obstructive, il a arrêté la cigarette. Il souffre de bronchites aiguës en permanence, 7% de la population française est dans son cas.

La BPCO est mortelle dans 5% des cas

Cette maladie inflammatoire des bronches est causée principalement par le tabagisme, y compris passif. Il y a aussi d’autres facteurs, comme la pollution de l’air, les expositions fréquentes à des poussières ou des substances chimiques, des infections respiratoires pendant l’enfance, et des prédispositions génétique. Elle peut se manifester à partir de 40 ans et représente la cinquième cause de mortalité dans le monde.

Les symptômes de la BPCO peuvent être un essoufflement à l'effort, comme pour Michel qui aimait beaucoup marcher, mais ne peut plus réaliser d'efforts physiques intenses. On ressent un souffle court, on tousse, parfois on crache. La principale complication est la bronchite aiguë ou l'exacerbation. Quand elle est sévère la maladie peut conduire à l’hospitalisation en urgence.

Un nouveau procédé : la dénervation pulmonaire

Au CHU de Nice, pour soigner les malades on teste un nouveau procédé qui fait partie d'une étude clinique internationale, Michel a accepté d'y participer : "Comme je ne me sens pas bien, même avec les traitements inhalés, j'ai accepté de faire partie du protocole, sans me poser de questions."

Il y a dix jours, Michel a reçu le traitement pour un de ses poumons de la part du docteur Jacques Boutros, du service de pneumologie du CHU de Nice. "Les traitements aujourd'hui sont efficaces jusqu'à un certain point, et nous voulons réduire les épisodes d'exacerbations que connaissent les malades. Alors nous testons une technique de dénervation du poumon ciblée." 

Il ne s'agit pas d'une opération chirurgicale, même si le patient est sous anesthésie générale. Un appareil passe par la trachée, l'objectif est de désactiver les nerfs de la partie centrale du poumon par radiofréquence. 

"Un courant va permettre de brûler des nerfs au niveau du poumon, autour de la bronche, afin de dilater la bronche ou d'éviter sa constriction."

Michel raconte s'être réveillé "sans douleur". S'il ne constate pour le moment "pas d'amélioration", l'effet n'est pas immédiat. ll faut attendre plusieurs mois, voire un an,"j'espère au moins m'améliorer à 50 %" confie Michel, conscient qu'on ne guérit pas totalement. On ignore si le procédé devra être répété pour les malades, "il faudra attendre d'avoir du recul", précise le docteur Boutros. 

Ce procédé considéré comme une innovation à fort potentiel est financé par le ministère de la santé. Nice fait partie des 8 centres français qui vont réaliser le traitement. 

Une quinzaine de patients pourraient être traités à Nice grâce à cette technique. Des patients âgés de 40 à 75 ans, gênés par des bronchites aiguës fréquences, qui prennent un traitement de fond et ne fument plus. Ils seront suivis pendant 5 ans. Le programme vise à inclure 400 patients au total dans 40 centres dont 25 aux États-Unis.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu