Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Le CHU de Poitiers et l'hôpital de Châtellerault vont fusionner d'ici trois ans

jeudi 27 septembre 2018 à 4:06 Par Manon Vautier-Chollet, France Bleu Poitou

Le CHU de Poitiers va bien fusionner avec l'hôpital de Châtellerault-Loudun. Une fusion d'ici trois ans. Avec en attendant une direction unique, pour les deux établissements, dès le 1er novembre.

Alain Claeys (au milieu) et Jean-Pierre Abelin (à droite) ont annoncé la futur fusion mercredi.
Alain Claeys (au milieu) et Jean-Pierre Abelin (à droite) ont annoncé la futur fusion mercredi. © Radio France - Manon Vautier-Chollet

Vienne, Département Vienne, France

Ils l'ont annoncé mercredi après-midi à Châtellerault. D'ici trois ans, le CHU de Poitiers et le Groupement hospitalier Nord-Vienne (GHNV) Châtellerault- Loudun vont fusionner. Et dès le 1er novembre prochain, la direction des trois hôpitaux sera commune. Une décision qui devra être votée les 5 et 18 octobre par les conseils de surveillance de Poitiers et de Châtellerault.

Le travail que nous faisons, c'est de développer et de renforcer l'offre de soins dans le Nord-Vienne

Alain Claeys et Jean-Pierre Abelin, respectivement présidents des conseils de sécurité du CHU de Poitiers et du GHNV, se sont félicités de cette décision. "Le travail que nous faisons, c'est de développer et de renforcer l'offre de soins dans le Nord-Vienne. Avec la direction commune, nous mettons nos moyens en commun" a expliqué Alain Claeys.

Une direction commune dès novembre

Pour sa part, Jean-Pierre Abelin se réjouit de pouvoir "conserver une offre de soins à Châtellerault et à Loudun". Il assure que le pire a été évité : "Si ça allait mal et qu'il n'y avait pas de solution, le risque était une fuite en avant, le départ de certains médecins, et deuxièmement l'obligation pour les citoyens d'aller à Poitiers pour se faire soigner".