Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Le CHU de Reims inaugure un système d'imagerie du squelette révolutionnaire

mercredi 3 octobre 2018 à 3:57 Par Louis-Valentin Lopez, France Bleu Champagne-Ardenne

EOS, un outil de pointe utilisé depuis juin au CHU de Reims, expose moins au rayons X, améliore le confort du patient et permet une vue en 3D du squelette. Une révolution.

Le système d'imagerie modélise notamment en 3D le squelette.
Le système d'imagerie modélise notamment en 3D le squelette. © Radio France - Louis-Valentin Lopez

Reims, France

Le CHU de Reims a inauguré en grandes pompes une nouvelle technologie hier soir : le système EOS. Un scanner qui permet de modéliser le squelette en trois dimensions, ce qui est très utile pour détecter des pathologies comme les scolioses ou les déformations des os. C'est le seul équipement de ce type en Champagne-Ardennes. 

L'image, de très bonne qualité, permet de détecter plus facilement les déformations. - Radio France
L'image, de très bonne qualité, permet de détecter plus facilement les déformations. © Radio France - Louis-Valentin Lopez

Moins exposés aux rayons

Le patient passe vingt petites secondes au scanner, non plus allongé, mais debout ou assis dans un fauteuil. Il est aussi beaucoup moins exposé aux rayons X : "des études ont montré notamment chez une jeune fille qu'il y aurait une augmentation du risque de cancer du sein", indique Sophie Bourelle. "Moins de rayons X, c'est donc un progrès."

Le patient est debout au lieu d'être allongé, ce qui permet une modélisation à trois-cent soixante degrés. - Radio France
Le patient est debout au lieu d'être allongé, ce qui permet une modélisation à trois-cent soixante degrés. © Radio France - Louis-Valentin Lopez

Le CHU de Reims utilise EOS depuis juin, pour les enfants, et compte prochainement l'étendre aux adultes