Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Le CHU de Rennes a recensé sept cas de ténia du poisson en deux ans

Amateurs de sushis et plus largement de poissons crus, soyez prudents. Sept cas de ténia du poisson, autrement appelé ver solitaire, ont été recensés en deux ans par le CHU de Rennes. C'est tout à fait exceptionnel puisqu'il n'y avait eu aucun cas depuis au moins 20 ans.

Le ténia du poisson peut mesurer jusqu'à 20 mètres de long
Le ténia du poisson peut mesurer jusqu'à 20 mètres de long - ANOFEL

Rennes, France

Il peut mesurer jusqu'à 20 mètres de long et vivre 10 ans dans votre corps. Le ténia du poisson n'est pas dangereux mais c'est clairement répugnant. Il entraîne au pire des troubles digestifs mais certains patients ne s'en aperçoivent même pas.  

En cause : le poisson cru

"Les patients sont venus en consultation parce qu'ils avaient des troubles digestifs, ballonnements ou diarrhées. Certains sont même arrivés avec des morceaux de vers qu'ils avaient retrouvés dans leur selles" explique le professeur Florence Robert-Gangneux du service de parasitologie au CHU de Rennes. Elle n'avait jamais vu cela ces vingt dernières années avant ces sept cas entre juillet 2016 et septembre 2018. "Cela arrive en mangeant du poisson cru ou mariné et qui contient des larves de ce parasite. Ces larves vont subir plusieurs mues et se développer dans notre tube digestif" détaille le professeur Florence Robert-Gangneux.

La larve de bothriocéphale, l'autre nom du ténia du poisson - Aucun(e)
La larve de bothriocéphale, l'autre nom du ténia du poisson - ANOFEL

La congélation, seule protection

Seule solution pour éliminer ces parasites du poisson : la congélation. C'est d'ailleurs ce qu'impose un règlement européen de 2004 aux restaurateurs qui servent du poisson cru. "Cette congélation doit être de -20 degrés à cœur pendant 24 heures ou -35 degrés à cœur pendant 15 heures" explique Gilles Fièvre, le directeur départemental adjoint de la Cohésion sociale et de la protection des populations d'Ille-et-Vilaine. 

Une espèce de parasite japonaise

C'est simple mais ça ne se fait visiblement pas partout. Les médecins du CHU ont étudié les parasites chez les sept patients atteint du ténia du poisson et c'est à chaque fois la même espèce japonaise qui a été identifiée. Les médecins ont donc tout de suite pensé aux sushis et cela semble se vérifier comme l'explique le professeur Florence Robert-Gangneux : "Nous avons envoyé un questionnaire à chacun des sept patients. Il s'avère que tous étaient des consommateurs de sushis et clients de restaurants japonais, ce qui vient confirmer l'hypothèse".