Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Le CHU de Tours est le deuxième de France dans le traitement des troubles cardiaques

-
Par , France Bleu Touraine

Le CHU Trousseau a effectué plus de 2000 opérations en 15 ans pour traiter l'une des principales arythmies cardiaques, la fibrillation atriale. Et il pose une centaine de pacemakers par an. Ce qui en fait le 2ème hôpital public dans sa spécialité selon le dernier classement du Point.

Les stimulateurs cardiaques de nouvelle génération dans les CHU d'aujourd'hui
Les stimulateurs cardiaques de nouvelle génération dans les CHU d'aujourd'hui © Maxppp - Marc Ollivier

Indre-et-Loire, France

Le service cardiologie du CHU Trousseau est le deuxième de France dans le traitement des arythmies cardiaques et la pose de stimulateurs. Il apparaît en deuxième position du classement annuel de l'hebdomadaire Le Point sur 47 établissements hospitaliers publics. Il pratique deux activités: les ablations c'est-à-dire les incisions destinées à traiter les troubles cardiaques, et les stimulations c'est-à-dire la pose de pacemakers. Son taux de réussite dépasse les 90% et atteint même les 100% chez les enfants et adolescents. Il est courant que des enfants de 10 à 12 ans souffrant d'arythmie cardiaque soient guéris.

Quelle sont les raisons de cette place de dauphin derrière Bordeaux au classement? Cela s'explique par un volume d'activité important mais surtout par l'expertise des cardiologues et du personne para-médical, et par la qualité des équipements. Le CHU dispose de 4 médecins-experts et 6 infirmières spécialisées dans l'électrophysiologie cardiaque. Depuis 2005, ils ont effectué plus de 2000 ablations pour traiter les arythmies cardiaques les plus fréquentes qu'on appelle les fibrillations auriculaires ou atriales. Avec un taux de réussite exceptionnel chez les jeunes.

Aujourd'hui même, nous avons reçu un adolescent de 17 ans qui venait de Bourges, il avait un rythme cardiaque aux alentours de 300 à 350 battements par minute, ce qui est très dangereux pour l'homme. Après une ablation c'est-à-dire une incision dans une oreillette du ventricule, nous avons régulé son rythme qui est redevenu normal -le professeur Dominique Babuty, chef du service cardiologie au CHU Trousseau

Christian a repris la course à pied sept ans après ses premiers troubles cardiaques  - Radio France
Christian a repris la course à pied sept ans après ses premiers troubles cardiaques © Radio France - Denis Guey

Chez les adultes, le taux de réussite est de plus de 90%.Christian a souffert de crises d'arythmie pendant 7 ans avant d'être guéri par des ablations, ces petites incisions qui remettent de l'ordre dans les battements du cœur.

J'étais très sportif, je faisais de la course à pied longue distance, jusqu'à 100 kilomètres. J'avais un cœur de champion, me disait-on. Jusqu'au jour où mon cœur s'est mis à battre comme une mitraillette après l'effort. Pendant 7 ans, j'avais des crises qui pouvait durer 23 heures. Plusieurs ablations ont réussi à venir à bout de la maladie. Aujourd'hui, je revis! J'ai retrouvé un quotidien presque normal et j'ai repris le sport ce qui est fabuleux! -Christian, 53 ans 

Le service cardiologie du CHU Trousseau réalise plus de 50% des traitements pour arythmie cardiaque dans notre région et en 30 ans, il a posé 3000 pacemakers. Il est expert dans l'installation des tous nouveaux modèles de pacemakers. Il en a équipé 200 personnes en trois ans, confie le professeur Dominique Babuty, chef du service cardiologie au CHU.

Choix de la station

France Bleu