Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le CHU Dijon Bourgogne choisi pour expérimenter le dispositif "hôtel hospitalier"

-
Par , France Bleu Bourgogne

Le CHU Dijon Bourgogne devient officiellement un "hôtel hospitalier" ! En vertu d'un décret paru au Journal Officiel fin juillet, il fait partie des 41 établissements français désignés pour expérimenter ce dispositif.

Le CHU Dijon Bourgogne
Le CHU Dijon Bourgogne © Radio France

Imaginez que vous ayez une opération ou un traitement de prévu à l'hôpital : si vous habitez loin, vous pouvez venir dormir sur place la veille. De la même manière, après votre opération, vous pouvez aussi profiter d'un lit non loin de l'établissement, avant de reprendre la route le lendemain. Une mesure qui vise évidemment à éviter de surcharger les lits au CHU, développer l'ambulatoire, et à faire des économies pour l'assurance maladie.

Mesure d'économie... et de confort !

C'est néanmoins le principal critère que retient le secrétaire général du CHU Florent Cavelier : en "sortant" la patient de l'environnement hospitalier, il lui offre du confort : "il s'agit aujourd’hui, pour éviter de surcharger les lits hospitaliers, de proposer un hébergement non médicalisé, j'insiste sur cette notion, à proximité du centre hospitalier. Pour à la fois des patients qui viennent pour une opérations, le plus souvent en ambulatoire, qui viennent de loin, et qui puissent être hébergés dans des standards de confort très intéressant. Et ce avant, ou après l'opération."

"Et le but bien évidemment", poursuit Florent Cavelier, "c'est de favoriser le développement de l’hospitalisation de jour et de la chirurgie ambulatoire, ce que l'on appelle le virage ambulatoire, pour permettre au patient d'avoir plus de confort, de ne pas rester à l'hôpital alors qu'il n'y a pas lieu qu'il y reste."

Le CHU Dijon Bourgogne, établissement pionnier

Petit avantage tout de même pour le CHU de Dijon, ce système existe déjà de fait depuis 2009. En 2000, le CHU - et le centre George François Leclerc d'ailleurs -, ont signé un partenariat avec la Maison de Parents (MDP 21), directement à proximité. Conçue à la base pour accueillir les proches des personnes hospitalisées, elle permet aussi depuis 2009 d'héberger des patients, dans l'une de ses 58 chambres. Le président de l'association qui gère cette structure, Henri Mazué : "on peut donner l'exemple d'une personne qui va $être hospitalisée un mardi matin à 8h, elle habiter à 250 kilomètres d'ici. Pour éviter stress et fatigue, eh bien elle vient la veille pour être hébergée chez nous."

700 patients hébergés en 2016

Cela, c'est un des cas de figure possible. De la même manière, si le patient habite loin et veut éviter de rentrer le soir même suivant son opération ou son traitement de chimiothérapie par exemple, il peut également profiter d'une chambre à la MDP 21. En 2016, elle a ainsi accueilli 700 patients, dont 60% issus du CHU. Précision importante : la MDP n'est pas médicalisée, tous ces patients hébergés le sont précisément parce qu'ils n'ont pas besoin de soins en dehors de l'hôpital.

Le fait d'avoir été retenu pour expérimenter ce dispositif, c'est en quelque sorte une reconnaissance de ce travail accompli depuis 17 ans. ET Florent Cavelier s'en réjouit. Cela va également permettre d'assurer le financement des nuitées au sein de la MDP. Concernant la maison de Parents, elles s'élèvent à 35 euros, une somme entièrement prise en charge par la Carsat et le CHU.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess