Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le CHU sur les rangs pour la reprise de la clinique mutualiste à Grenoble

-
Par , , France Bleu Isère

L’établissement hospitalier Grenoblois a fait savoir jeudi qu’il s’associe à l’une des offres de reprise de la clinique mutualiste.

Les salariés du Groupe Hospitalier Mutualiste (GHM) de Grenoble craignent la vente de leur établissement.
Les salariés du Groupe Hospitalier Mutualiste (GHM) de Grenoble craignent la vente de leur établissement. © Radio France - Denis Souilla

Un acteur de poids vient de faire son entrée dans le complexe et polémique dossier de la vente de la clinique mutualiste à Grenoble. À la veille du dépôt des offres fermes de reprise, le CHU de Grenoble a jeudi fait savoir qu’il avait noué un partenariat avec l’AGDUC, l’un des trois derniers candidats à la reprise. L’association grenobloise pour la gestion de la dialyse et des usagers porteurs de maladie chroniques, basée à Meylan, vient du secteur associatif et non lucratif, contrairement aux deux autres candidats. Son dossier a déjà reçu le soutien des usagers, et employés de la clinique. 

Ils avaient également déposé un dossier de reprise, dans un format de SCOP, qui n’a pas été retenu, et ont finalement fait savoir la semaine dernière qu’ils prenaient position en faveur de l’AGDUC, seul repreneur qui selon eux permettrait à la mutualiste de conserver son statut d’Etablissement de Santé d’Interêt Collectif (ESPIC).

Le CHU de Grenoble, dans un communiqué, estime que ce partenariat est une «occasion unique de créer un maillage territorial beaucoup plus coopératif et solidaire entre des acteurs de santé majeurs». Une association qui réjouit les collectivité locales, le département avait lui aussi déjà pris position pour l’AGDUC, et jeudi, la mairie de Grenoble, comme la métropole se sont félicités de l’arrivée du CHU aux côtés de l'association meylannaise, et ont appuyé cette candidature.

Le partenariat entre le CHU et l’AGDUC est aussi valable pour la reprise de la nouvelle clinique Chartreuse à Voiron. Le candidat retenu pour racheter la clinique mutualiste de Grenoble devrait être connu au mois de juin.

Quels sont les atouts du projet ?

Parmi les trois offres, il y a Vivalto qui gère plusieurs dizaines de cliniques autour de Paris et dans l'Ouest. Le seul établissement dans la région est à Annecy. Il y a Doctegestio, 10.000 salariés et 290 établissements, dans la santé, le social et l'hôtellerie. Enfin l'offre qui repose sur l'AGDUC (Association grenobloise pour la gestion de la dialyse et des usagers porteurs de maladies chroniques). 

Pour la clinique mutualiste ce sont plusieurs dizaines de millions d'euros que les repreneurs devront sortir pour acquérir les différents bâtiments hospitaliers et les appareils médicaux. L'activité de soin du Groupe hospitalier mutualiste de Grenoble (GHM), dont le chiffre d'affaire est de l'ordre de 120 millions d'euros, ne vaut pas grand chose dans la transaction en cours. Pour racheter, la mutualiste, le groupement CHU-AGDUC n'a évidemment pas révélé le montant de son offre, ni même les conditions. On sait juste qu'ils s'associeraient dans un groupement de coopération sanitaire. Et c'est l'AGDUC qui prendrait en charge la gestion du GHM.

L'entrée rue d'Alembert, sur le site du Groupe Hospitalier Mutualiste de Grenoble (GHM). Auteur : Denis Souilla
L'entrée rue d'Alembert, sur le site du Groupe Hospitalier Mutualiste de Grenoble (GHM). Auteur : Denis Souilla © Radio France

Le moteur de cette offre, c'est l'AGDUC

L'AGDUC est une association "loi de 1901" qui possède un chiffre d'affaire de l'ordre de 40 millions d'euros en année normale, soit trois à quatre fois mois que le Groupe hospitalier mutualiste de Grenoble, mais plusieurs médecins libéraux de la mutualiste ont confiance dans sa capacité de gestion jugée pratique. Certains le disent, si le repreneur arrivent avec une vision idéologique, ça ne marchera pas. La difficulté au GHM de faire cohabiter les activités publiques et libérales, le tout sous un statut avantageux de tarification publique, contrairement aux autres cliniques de Grenoble. De son coté le CHU mettrait la main sur une filière de soins des cancers plus que performante. 

Ce troisième projet a aussi le soutien des pouvoirs public locaux : président du département, maire de Grenoble, maire de Voiron et discrètement du ministre de la Santé. Quant aux médecins libéraux du GHM, certains le disent : « le CHU c'est notre maison-mère, on y a tous été formés, nous sommes complémentaires". Cette union ne serait pas aberrante : la force du GHM c'est son service d'urgences, sa maternité, sa cardiologie, ses coopérations sur la cancérologie. La filière "cancer" apporteraient un plus au CHU. D'autant que la crise du Covid-19 a également montré la capacité de coopération entre les deux établissements.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess