Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Santé – Sciences

Le collectif relayant la campagne "Du glyphosate dans mes urines" dans l'Indre appelle aux dons

jeudi 14 mars 2019 à 2:19 - Mis à jour le jeudi 14 mars 2019 à 7:58 Par Carl Dechâtre, France Bleu Berry

71 personnes dans l'Indre sont volontaires pour la campagne indrienne de recherche de glyposate dans les urines. Si chacun d'entre eux financera ses propres frais d'analyse, le collectif recherche des dons pour payer les huissiers qui contrôleront la collecte.

Le collectif anti-glyphosate de l'Indre recherche 5000 euros pour financer les frais d'huissier pendant le contrôle des urines et de justice par la suite
Le collectif anti-glyphosate de l'Indre recherche 5000 euros pour financer les frais d'huissier pendant le contrôle des urines et de justice par la suite © Maxppp - Richard Mouillaud

Indre, Centre-Val de Loire, France

Dans l'Indre la campagne "Du glyphosate dans mes urines" se précise. Les inscriptions sont désormais closes et le collectif anti-glyphosate "campagne glypho 36 " du département, a finalisé sa liste de volontaires souhaitant faire analyser le contenu de leurs vessies. 71 personnes issues de tout le département sont intéressées. Un chiffre important à tel point que la campagne de collecte des échantillons se déroulera sur 2 jours, Les 10 et 11 avril prochains au Poinçonnet, sous contrôle d'huissier. 

Cette opération réalisée au niveau national est en effet extrêmement contrôlée pour assurer les recevabilités scientifique mais aussi juridiques de ces données. Car l'objectif de l'opération est non seulement de réaliser une étude épidémiologique mais aussi de faire reconnaître la responsabilité des pollueurs . Mais pour aller au bout du projet il faudra justement trouver encore un peu d'argent. Car si les frais d'analyse -85 euros par personne - sont payés par les volontaires eux-même, il reste une quarantaine d'euros par participant à régler. Un financement participatif est lancé sur Hello asso pour couvrir les frais d'huissier et les éventuels frais de justice.