Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Le comptoir médical de Clermont-l'Hérault dépose une demande pour acquérir un scanner

-
Par , France Bleu Hérault

La demande va être déposée auprès de l'agence régionale de santé (ARS) dans les prochains jours : le comptoir médical, structure de santé privée à Clermont-l'Hérault, veut s'équiper d'un scanner et d'une IRM. De quoi permettre d'attirer de nouveaux médecins et de favoriser la médecine de proximité.

Le centre d'imagerie médical est ouvert depuis le mois d'août 2018.
Le centre d'imagerie médical est ouvert depuis le mois d'août 2018. - Mary Gaudin

Clermont-l'Hérault, France

Lecomptoir médical de Clermont-l'Hérault (Hérault) dépose une demande d'équipement pour un scanner et une imagerie par résonance magnétique (IRM) auprès de l'Agence régionale de santé (ARS). Ce pôle de santé privé est né en 2014, dans l'esprit de la pharmacienne de la ville Martine Azémar. Avec une associée, elles investissentdeux millions d'euros dans le projet. Aujourd'hui l'établissement permet à une trentaine de médecins spécialistes de consulter par roulement dans huit bureaux aménagés. Et depuis le mois d'août 2018, le cabinet d'imagerie médicale du centre-ville y a déménagé avec son matériel : mammographie, échographies, panoramiques... Tout ce que contenait l'ancien cabinet.

Lutte contre les déserts médicaux

Pneumologues, gynécologues, pédiatres, rhumatologues : une à plusieurs fois par semaine, les spécialistes quittent leur cabinet principal (bien souvent à Montpellier) et se relaient dans les bureaux de ce comptoir médical. Des médecins comme Patrick Sachot, ORL à Pézenas : il vient régulièrement pour permettre aux gens de Lodève, Gignac ou Clermont-l'Hérault de consulter sans avoir à faire des kilomètres en voiture. "L'emplacement est parfait à la sortie de l'A75, les locaux sont magnifiques et si on a besoin de faire appels aux collègues radiologues, ils sont juste en dessous", précise le médecin.

Attirer les jeunes médecins

Des radiologues qui comptent sur le futur équipement pour attirer les jeunes praticiens : "C'est difficile de les attirer quand ils partent du CHU avec tous les équipements possibles et qu'ils arrivent chez nous avec moitié moins", explique Jérôme Bénis radiologue.

"Pour nous, c'est un investissement sur au moins 20 ans." - Jérôme Bénis, radiologue

Ici, neuf radiologues et 10 employés reçoivent quelques 120 patients chaque jour rien que pour de l'imagerie médicale : "L'imagerie médicale, c'est comme la biologie, ce sont des disciplines pivots. Si on veut que les médecins déjà en place puisse travailler correctement, ce sont des priorités, mais elles permettent aussi de nouvelles installations. Sans imagerie et sans biologie, c'est difficile d'attirer des nouveaux médecins."

L'ARS doit donner sa réponse dans six mois. Et le radiologue de rappeler que ces 10 dernières années, 14 cabinets de radiologie ont fermé dans le département de l'Hérault.

Le docteur Jérôme Bénis radiologue.

Choix de la station

France Bleu