Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Coronavirus : le confinement nous conduirait-il à boire davantage d'alcool ?

- Mis à jour le
Par

Le confinement peut entraîner une augmentation de la consommation d'alcool. C'est ce que craignent les spécialistes. Il est recommandé de ne pas boire plus de dix verres par semaine et deux par jour.

A l'heure du confinement à cause du coronavirus, une jeune femme contacte ses amis lors d'un "apéro skype". A l'heure du confinement à cause du coronavirus, une jeune femme contacte ses amis lors d'un "apéro skype".
A l'heure du confinement à cause du coronavirus, une jeune femme contacte ses amis lors d'un "apéro skype". © Radio France - Ludovic Pauchant

"Dans le contexte actuel, des hausses de la consommation d’alcool au domicile sont possibles", peut-on lire sur le site drogue.gouv.fr. Cette publication datant de ce mercredi a été relayée par Santé publique France. C'est également ce que redoutent plusieurs médecins, dont Jérôme Palazzolo, psychiatre spécialisé dans l'addictologie à Nice.

Publicité
Logo France Bleu

"Le confinement peut tout à fait majorer l'angoisse, le stress et dans ce cas l'alcool ou le tabac peuvent être consommés à visée thérapeutique. Ce sont deux substances qui ont des effets sur certaines zones du cerveau, qu'on appelle la zone de la récompense. Il faut donc rester vigilant dans ce contexte." 

"Il y a aussi une forme de soulagement à boire. Sans exagération bien sûr ! La situation n'est pas complètement invivable, mais ça permet d'alléger la contrainte du confinement".

Brian, un Niçois de 36 ans a l'impression de boire plus d'alcool que d'habitude :"D'habitude ça va se limiter aux weekends, le dimanche midi en mangeant, si on sort avec des amis on va boire un peu. En ce moment, il y a bien sûr une part de récréatif, mais il y a aussi une forme de soulagement à boire. Sans exagération bien sûr ! La situation n'est pas complètement invivable, mais ça permet d'alléger la contrainte du confinement"

Depuis quinze jours, les journées se ressemblent. Des apéros vidéos s'organisent sur les réseaux sociaux pour garder le lien bien sûr, mais aussi pour tenter de casser la monotonie. Daniel Ledent, président de l'association solidarité et aide aux malades de l'alcool à Antibes (Alpes-Maritimes) craint lui aussi une hausse de la consommation d'alcool. "Beaucoup de retraités, s'ennuient malheureusement. Ils se font un apéro le midi, le soir..."

Brian et son épouse Angélique ne s'ennuient pas, bien au contraire. Leurs journées sont chargées. "Notre fils a 4 ans, notre appartement fait 60 mètres carrés. Il ne peut pas sortir dehors pour courir, jouer au ballon, faire du vélo, s'aérer... Il a beaucoup d'énergie à revendre et ce n'est pas de tout repos", raconte Angélique.

Le soir après avoir couché leur enfant, le couple aime se détendre devant un film, avec un verre de vin, une bière ou un petit punch pour Angélique. "Je bois un peu plus, c'est mon côté bretonne", plaisante-t-elle. 

"Écrire sur une feuille ce qu'on a bu. Il faut le marquer sinon on ne s'en souvient plus et on ne se rend pas compte". 

Pourtant, cette Niçoise fait plutôt attention à son hygiène de vie habituellement. "Je suis plutôt du genre à faire attention à ma ligne, à plutôt tourner au coca 0% avec les copains parce que je fais attention. Mais c'est vrai que là je suis en relâchement total que ce soit avec la nourriture ou l'alcool. Il y a un moment il va falloir que je rentre dans le droit chemin"

Daniel Ledent a un conseil pour surveiller sa consommation d'alcool : "Écrire sur une feuille ce qu'on a bu. Il faut le marquer sinon on ne s'en souvient plus et on ne se rend pas compte. Contrairement à ce qu'on peut penser je ne suis pas contre l'alcool. Simplement il faut limiter sa consommation". 

Santé publique France recommande de ne pas consommer plus de 10 verres standards par semaine et pas plus de deux verres standards par jour et de ne pas en consommer tous les jours. 

  • Alcool info service : 0980.980.930., de 8h à 2h du matin (appel non surtaxé)

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu