Santé – Sciences

Le vaisseau-cargo qui devait ravitailler Thomas Pesquet sur l’ISS s'est consumé dans l'atmosphère

Par France Bleu, France Bleu jeudi 1 décembre 2016 à 18:02 Mis à jour le jeudi 1 décembre 2016 à 19:15

Un vaisseau-cargo Progress-M-12M sur le pas de tir de Baikonour en 2015
Un vaisseau-cargo Progress-M-12M sur le pas de tir de Baikonour en 2015 © AFP - STR

Un peu plus de six minutes après son décollage du cosmodrome de Baïkonour ce jeudi, le contact avait été perdu avec le vaisseau-cargo qui devait ravitailler Thomas Pesquet sur la station spatiale internationale. L'engin s'est désintégré dans l'atmosphère.

Peu après son décollage ce jeudi du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan, le contact avait été perdu avec le vaisseau-cargo inhabité qui est censé ravitailler la station spatiale internationale. En raison d'une situation anormale, le vaisseau-cargo a été perdu à quelque 190 km au-dessus de la région isolée et montagneuse de Tuva, et la plupart des fragments ont brûlé dans les couches denses de l'atmosphère.

A LIRE AUSSI ►► VIDÉO - Revivez le décollage réussi de Thomas Pesquet pour la Station spatiale internationale

Un chargement d'environ 2,4 tonnes

"Le contact a été perdu 383 secondes après le décollage du lanceur Soyouz avec le vaisseau-cargo Progress MS-04", avait déclaré un peu plus tôt l'agence spatiale russe dans un communiqué, ajoutant que ses spécialistes tentaient de comprendre l'origine du problème. L'arrimage du Progress MS-04, qui transporte un chargement d'environ 2,4 tonnes, dont de l'eau et des carburants, à l'ISS était initialement prévu pour 17H43 samedi et devait se faire en régime automatique.

Un précédent l’année dernière

En avril 2015, la perte d'un vaisseau Progress avait provoqué une profonde crise dans l'industrie spatiale russe, la Russie ayant dû suspendre tous ses vols spatiaux pendant près de trois mois. Le vaisseau cargo avait perdu contact avec la Terre avant de se consumer dans l'atmosphère. Ce revers, attribué par les Russes à une panne sur la fusée Soyouz, avait aussi obligé un groupe d'astronautes à passer un mois supplémentaire à bord de la station de recherche spatiale.

Partager sur :